Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour le mot-clef ‘solitude des personnes agees’

Comment trouver un EHPAD Parkinson?

lundi 11 février 2019

La maladie de Parkinson fait partie de la famille des maladies neuro-dégénératives

Cette maladie touche le système nerveux central auquel elle cause de nombreux dégâts. Il s’agit d’une pathologie dite d’évolution progressive qui touche majoritairement des personnes âgées en moyenne de 58 ans, mais cette maladie invalidante peut aussi apparaître beaucoup plus tôt. Effectivement, il existe des formes génétiques rares (10%) qui se manifestent entre 20 et 35 ans.

Une dégénérescence des neurones à dopamine

La maladie de Parkinson se caractérise par la disparition d’un petit nombre de neurones dont la propriété est de sécréter un neurotransmetteur appelé dopamine et ayant pour rôle d’intervenir dans le bon fonctionnement de plusieurs régions du cerveau, dont celles qui concernent la motricité et la coordination des mouvements. Plus précisément, c’est la dégénérescence progressive des neurones à dopamine dans la substance noire du cerveau qui entraîne des perturbations des réseaux de neurones qui leur sont associés dans différentes zones du cerveau : au niveau du striatum, du thalamus et du noyau sous-thalamique.

Améliorer le confort de vie des malades du Parkinson

Heureusement, il est possible d’améliorer la qualité de vie et la motricité du parkinsonien grâce à la pratique de certains sports doux comme le yoga, la boxe, le vélo, la natation ou encore le tango. Ces sports sont bénéfiques et contribuent à préserver l’équilibre et la souplesse des muscles. Le tai-chi, souvent proposé, contribue à aider les malades à avoir une meilleure marche, à diminuer leurs chutes et à améliorer leur concentration.

A savoir : Parfois, un placement d’urgence en établissement peut s’avérer nécessaire. Les conseillers Retraite Plus sont formés à ce type de situation, contactez-les gratuitement au : 0 805 69 66 317

Accueillir les animaux en maison de retraite!

dimanche 20 janvier 2019

Pour ne pas séparer les personnes âgées de leur animal de compagnie, une société nommée TERPTA a vu le jour!

« Un projet à la fois social, humain et éthique »

Persuadés que faciliter la garde des animaux de compagnie en maison de retraite est une nécessité, les membres de TERPTA recherchent des sponsors afin de rendre possible ce programme décrit comme « à la fois social, humain et éthique« . Et ce, dans plus de 7300 Ephad et 300 Ehpa et maisons de retraite. Le premier Ehpad qui sera concerné par cette opération sera un Ehpad situé en région parisienne.

Une solution clef en main pour les maisons de retraite

Ce projet imaginé par l’association TERPTA, a pour vocation d’améliorer le quotidien des personnes âgées vivant en maison de retraite en leur permettant de vivre au contact de leur propre animal ou de ceux d’autres résidents. Souvent, les animaux ne sont pas acceptés en maison de retraite car leur présence est synonyme de surcharge de travail pour les équipes soignantes déjà débordées. C’est pourquoi l’association a pensé à tout: elle propose une solution clef en main pour les établissements avec l’accès à des « maisonnettes chauffées où l’animal vivrait et pourrait recevoir la visite de son maître et des autres pensionnaires, l’animal recevrait des soins quotidiens et la rencontre serait aidée par des accompagnateurs. »

L’animal ,un « co-thérapeute »

Cette idée n’est pas nouvelle! En effet, la fondation « 30 Millions d’amis » propose déjà aux EHPAD qui le désirent la présence d’un « chien visiteur ».  Ce chien joue un rôle social et affectif et devient presque un « co-thérapeute » dont les pensionnaires attendent les visites. Celles-ci se déroulent sous forme de  séances de jeux interactifs, portant sur le travail de mobilité, les activités de soins et toucher de l’animal, le brossage du pelage, la reconnaissance des parties du corps et le travail de la mémoire. Bien que jouant un rôle social, l’animal reste une source et un objet d’affection!

Pour tout renseignement ou participation à ce projet, n’hésitez pas à visiter le site de l’association.

Seniors : Évitez la dépression en faisant des sorties culturelles!

dimanche 30 décembre 2018

Et bien oui ! C’est tout ce qu’il y a de plus sérieux : aller une fois par mois à un événement ou sortie culturelle, réduit de 48% les risques de développer des symptômes de dépression chez une personne âgée.

Une étude scientifique qui le prouve! 

Publiée, dans le « British Journal of Psychiatry », une très sérieuse étude scientifique s’est intéressée à la santé mentale des personnes âgées et aux activités qui pourraient empêcher les risques de dépression chez cette population à risques. Résultat : la pratique, même passive, d’activités culturelles a des « effets secondaires positifs ».

Réduire le risque de dépression 

D’après les scientifiques qui ont conduit cette étude sur plus de 2.000 hommes et femmes de plus de 50 ans, sur une période de 10 ans, c’est tout à fait possible! Selon eux, se rendre au moins une fois par mois à une activité culturelle, réduit considérablement le risque pour une personne âgée, de développer des symptômes liés à la dépression.

L’important : Garder l’esprit vif

Tous les spécialistes sont d’accord : participer à des ateliers et à des activités stimulantes aide le cerveau et le corps à rester en santé plus longtemps. Le Tai Chi par exemple, améliore l’équilibre et apaise alors que le chant et le théâtre aident à exprimer sa personnalité. La peinture, elle, permet de se réaliser dans le domaine de l’art et de prendre confiance en soi. Ateliers cuisine, sorties culturelles, ces activités ont pour but d’enrichir le quotidien des seniors et de développer leur vie relationnelle.

Nous assistons aujourd’hui à une évolution du regard sur le vieillissement. À nous de réaliser que l’avancée en âge est une étape importante vers un nouveau type d’épanouissement ! 
(Extrait du guide Bien vieillir de Retraite Plus)

Comment protéger les seniors contre la grippe?

jeudi 20 décembre 2018

Après l’âge de 65 ans, certaines maladies auparavant anodines, comme le rhume ou la grippe, peuvent réellement mettre en danger la vie des personnes âgées qui les contractent.

Comment mieux s’en protéger ?

En France, le virus de la grippe touche entre 2 et 6 millions de personnes et plus de 90% des décès concernent les personnes âgées de plus de 65 ans.  C’est la raison pour laquelle, les médecins incitent les personnes de cet âge à se faire vacciner contre la grippe. Si vous êtes atteints d’un début de syndrome grippal, sachez qu’il existe des moyens de réduire les risques et de prendre soin de vous si vous tombez malade.

En cause : l’affaiblissement du système immunitaire

Avec l’âge, le système immunitaire ne peut plus combattre les infections aussi efficacement que dans le cas d’une personne plus jeune. Alors pour limiter les risques de tomber malade, il vaut mieux adopter certaines habitudes de vie. Par exemple, commencez par vous laver les mains avant et après avoir mangé ou cuisiné et après être allé aux toilettes. Mais aussi  après un contact avec une personne malade,  ou après avoir toussé ou éternué. Il faut également éviter au maximum de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche et pratiquer une activité physique régulière. Avoir une alimentation équilibrée peut également aider à éviter les maladies.

Les dangers et complications pour les personnes âgées

Chez les personnes âgées, le danger d’avoir des complications après une grippe ou un rhume est plus important. Le rhume peut causer des maux de gorge et des éternuements, et la grippe entraîne une forte fièvre, une congestion, des douleurs et des frissons. Les deux peuvent évoluer vers la pneumonie. Selon certains scientifiques, la grippe augmenterait également le risque d’avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. C’est pourquoi, il est fortement conseillé de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

 

 

Mariez-vous, vous vivrez plus longtemps!

jeudi 6 septembre 2018

Il ne s’agit pas d’une maxime héritée de nos grands-mères mais bel et bien du résultat d’une très sérieuse étude réalisée par des chercheurs norvégiens! Les personnes mariées ont bel et bien une espérance de vie plus longue que celle des célibataires.

Le mariage a un effet protecteur

Apparemment, c’est bien le cas puisque les statistiques étudiées ont clairement démontré que les personnes mariées vivaient plus longtemps que les personnes célibataires. En Norvège, (pays où a été réalisée cette étude) tout particulièrement, la mortalité des personnes mariées a baissé ces dernières années contrairement à celle des personnes célibataires. Cette surmortalité parmi les célibataires a augmenté à 81% en 2005-2008. Chez les femmes, l’augmentation correspondante était de 16% à 71%. Cette corrélation entre mariage et mortalité peut être expliquée par différents facteurs.

Le conjoint, un soutien émotionnel 

D’après les chercheurs, ce soutien émotionnel se traduirait par un contrôle social sur le comportement en matière de santé. En effet, un conjoint aimant et protecteur détectera d’éventuels symptômes inquiétants chez son conjoint et l’enverra consulter un médecin alors qu’une personne célibataire aura généralement plus tendance à négliger sa santé. Par ailleurs, il ne faut pas négliger les effets d’un soutien psychologique sur la santé physique. Plusieurs études ont d’ailleurs déjà prouvé une corrélation certaine entre solitude et mortalité.

Les enfants, un facteur protecteur 

Les personnes mariées étant plus susceptibles d’avoir des enfants, on peut donc leur appliquer ce même raisonnement : les enfants pousseront généralement leurs parents à prendre soin d’eux et à ne pas négliger leur santé. Ils seront également là pour les emmener chez le médecin, leur acheter des médicaments ou leur faire les courses, ce qui empêchera les carences dues à la dénutrition des personnes âgées. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de tenir compte du facteur économique! Effectivement, les personnes âgées en couple bénéficient généralement de plus de moyens que les célibataires et peuvent profiter d’un plus grand confort de vie pouvant aider à les garder en bonne santé.

 

 

Journée mondiale du bénévolat : Pensez aux aînés!

mercredi 6 décembre 2017

Hier c’était la journée du bénévolat! Donner… de son temps, de son argent, de son attention, de ses compétences… Partager… La solidarité, ce n’est pas une vision de l’esprit. En France, elle est bien réelle !

Et si vous faisiez une bonne action?

Si vous désirez faire du bénévolat, voici quelques idées de bonnes actions solidaires parmi lesquelles vous pourrez choisir. Pour commencer, Les Pères Noël Verts du Secours Populaire complètent l’action du Père Noël qui ne peut pas s’occuper de tous les enfants. Autre exemple, chaque année, début décembre, 200 000 bénévoles participent au Téléthon. C’est une véritable volonté pour de nombreux Français, prêts à donner, souvent sans compter, du temps pour aider les autres, qu’ils soient voisins ou étrangers, jeunes ou moins jeunes… La mobilisation des bénévoles, ceux qui donnent de leur temps dans une association, un organisme d’intérêt général ou de manière informelle, mais hors cadre familial direct, touche 63 % des Français selon l’étude La France Bénévole en 2016.

Comment devenir bénévole?

Tout le monde peut être bénévole, quel que soit son âge, son niveau de qualification, que l’on soit en activité ou sans emploi…Il n’y a pas de règles. Cela dépend de la mission et de la disponibilité du bénévole. Il faut en revanche bien comprendre que lorsqu’on est bénévole, il y a des personnes qui dépendent de nous. Par exemple, si on aide des enfants à réviser après l’école et que l’on ne vient pas ou juste de façon ponctuelle, l’aide ne sera pas efficace, faute de suivi. Par ailleurs, il est également possible de participer financièrement à des actions de bénévolat. De nombreuses associations ou organismes d’intérêt général manquent d’argent pour mener à bien leurs missions. Sachez que vos dons peuvent donner droit à des réductions d’impôts. Vous pouvez déduire 75 % des sommes versées aux organismes d’aide aux personnes en difficulté dans la limite de 530 € par an.

Intéressez-vous à vos voisins? 

Il n’est pas toujours nécessaire d’aller bien loin pour être utile. Il suffit parfois de prendre le temps de s’intéresser aux gens autour de soi. On peut, par exemple, apporter à manger aux SDF qui vivent près de chez soi, proposer à la voisine âgée de lui faire ses courses au marché et de lui monter son cabas, donner les jouets en bon état et les livres qui ne servent plus à des associations, aider l’élève qui a des problèmes à l’école à faire ses devoirs…Pour vous aider à trouver des personnes âgées ayant besoin de vos services, l’organisme Retraite Plus a crée une interface de bénévolat sur son site internet. Sur cette plateforme de  bénévolat, vous trouverez un forum disponible pour des demandes d’aide gratuite de la part de personnes âgées. Tous les bénévoles intéressés pourront poster des réponses.
Pour vous rendre sur l’onglet bénévolat et poster votre annonce, cliquez ici