Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour le mot-clef ‘santé seniors’

Seniors : et si vous essayiez la méditation?

jeudi 18 octobre 2018

Selon certains scientifiques comme le Dr Antoine Lutz, chercheur en neurosciences à l’université de Lyon I, la méditation serait un « anti-coup de vieux »! C’est pourquoi les seniors gagneraient à la pratiquer!

La méditation, un atout pour combattre les problèmes liés à l’âge

L’âge entraîne plusieurs maladies et maux récurrents comme les douleurs lombaires ou articulaires, les rhumatismes ou la fatigue. Il cause aussi des bouleversements psychologiques : les changements physiques, le départ des enfants, le départ en retraite…toutes ces étapes, même si elles sont parfaitement naturelles, demandent un certain ajustement. Selon une équipe de scientifiques californiens, la méditation permettrait d’en diminuer l’impact. Selon eux : «Cette étude a montré que trois mois intensifs de méditation renforçaient l’action d’enzymes essentielles dans la protection contre le vieillissement cellulaire. Par ailleurs, la méditation en pleine conscience réduit l’activité des gènes impliqués dans l’inflammation».

La méditation pour atténuer les douleurs chroniques

En effet, la méditation permet d’apprendre à apprivoiser la douleur en ayant moins peur d’avoir mal. La pratique régulière de la méditation permettrait également de s’habituer aux douleurs répétitives. Elle permettrait également de lutter contre l’insomnie et la dépression. La méditation est un système de pensée dirigée où les pensées négatives sont refoulées. Développé par le Dr Jon Kabat-Zinn, le programme MBSR (Mindfulness Based Stress Réduction) par exemple, est l’un des plus intégrés aux offres de soins. Il s’appuie sur la claire conscience de tous les instants.

La méditation, un outil thérapeutique

Utilisé aujourd’hui par les professionnels comme un véritable outil thérapeutique, la méditation permet de ralentir notre vieillissement cérébral en luttant contre deux ennemis du cerveau, le stress et l’insomnie. Comme l’explique Antoine Lutz : « on sait aujourd’hui que le stress est particulièrement néfaste pour l’hippocampe, une zone du cerveau essentielle à la mémoire, et que les troubles du sommeil provoquent des modifications cérébrales pouvant déboucher sur la maladie d’Alzheimer». Toutes ces donnée laissent entrevoir tellement de bénéfices de la méditation qu’il serait dommage de s’en priver!

 

 

 

Mariez-vous, vous vivrez plus longtemps!

jeudi 6 septembre 2018

Il ne s’agit pas d’une maxime héritée de nos grands-mères mais bel et bien du résultat d’une très sérieuse étude réalisée par des chercheurs norvégiens! Les personnes mariées ont bel et bien une espérance de vie plus longue que celle des célibataires.

Le mariage a un effet protecteur

Apparemment, c’est bien le cas puisque les statistiques étudiées ont clairement démontré que les personnes mariées vivaient plus longtemps que les personnes célibataires. En Norvège, (pays où a été réalisée cette étude) tout particulièrement, la mortalité des personnes mariées a baissé ces dernières années contrairement à celle des personnes célibataires. Cette surmortalité parmi les célibataires a augmenté à 81% en 2005-2008. Chez les femmes, l’augmentation correspondante était de 16% à 71%. Cette corrélation entre mariage et mortalité peut être expliquée par différents facteurs.

Le conjoint, un soutien émotionnel 

D’après les chercheurs, ce soutien émotionnel se traduirait par un contrôle social sur le comportement en matière de santé. En effet, un conjoint aimant et protecteur détectera d’éventuels symptômes inquiétants chez son conjoint et l’enverra consulter un médecin alors qu’une personne célibataire aura généralement plus tendance à négliger sa santé. Par ailleurs, il ne faut pas négliger les effets d’un soutien psychologique sur la santé physique. Plusieurs études ont d’ailleurs déjà prouvé une corrélation certaine entre solitude et mortalité.

Les enfants, un facteur protecteur 

Les personnes mariées étant plus susceptibles d’avoir des enfants, on peut donc leur appliquer ce même raisonnement : les enfants pousseront généralement leurs parents à prendre soin d’eux et à ne pas négliger leur santé. Ils seront également là pour les emmener chez le médecin, leur acheter des médicaments ou leur faire les courses, ce qui empêchera les carences dues à la dénutrition des personnes âgées. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de tenir compte du facteur économique! Effectivement, les personnes âgées en couple bénéficient généralement de plus de moyens que les célibataires et peuvent profiter d’un plus grand confort de vie pouvant aider à les garder en bonne santé.

 

 

Luttez contre l’ostéoporose grâce aux protéines

mercredi 15 août 2018

Selon les observations d’une équipe regroupant des chercheurs de la Société européenne des aspects cliniques et économiques de l’ostéoporose et de la Fondation Internationale de l’Ostéoporose, il semblerait qu’un apport en protéines alimentaires supérieur aux niveaux recommandés pourrait être bénéfique pour réduire la perte osseuse.

Diminuer les risques de fractures chez les seniors

Ce serait apparemment possible grâce à une consommation accrue de protéines. En effet, d’après cette étude parue dans la revue Osteoporosis International, un régime riche en protéines – avec un apport en calcium suffisant bien sûr – serait très bénéfique pour la santé osseuse des adultes. En cause, la densité minérale osseuse, un déterminant important de la solidité de nos os, qui est aussi impactée par un apport protéique plus important. Par ailleurs, les protéines et le calcium combinés dans les produits laitiers ont également des effets bénéfiques sur les hormones calciotropes, marqueurs du remodelage osseux et de la densité minérale osseuse.

Les seniors ne consomment pas assez de protéines

C’est ce qu’explique le Pr René Rizzoli, ancien chef du Service des maladies osseuses aux Hôpitaux universitaires de Genève et co-signataire de ce travail : « Chez les personnes âgées, nous constatons que la consommation de protéines n’est pas trop importante, mais au contraire trop faible ». En effet, « Un apport adéquat est pourtant nécessaire pour une croissance osseuse optimale et le maintien d’une ossature saine à tous les âges. » déclare t-il. Par ailleurs, il faut savoir que les recommandations actuelles en matière de protéines sont de 1 g/kg/j.

L’ostéoporose, comment la déceler?

L’ostéoporose provoque une perte de masse osseuse et une fragilisation des os. Cependant ces symptômes ne sont pas visibles à l’œil nu. Souvent, la maladie n’est découverte qu’après l’apparition de certaines complications qui, elles, se caractérisent par des symptômes apparents. Si une personne présente de nombreuses fractures dans un intervalle de temps restreint, on soupçonnera une ostéoporose. De même, si l’on observe un tassement des vertèbres et une diminution de la taille du patient, on pourra également soupçonner une ostéoporose.

 

Boire du café  peut-il permettre de vivre plus longtemps ?

mercredi 1 août 2018

C’est la question que se sont posés des chercheurs américains. Pour y répondre, ceux-ci ont réalisé une étude observationnelle permettant d’étudier d’éventuelles corrélations entre l’espérance de vie et la consommation de café. Le résultat a de quoi plaire aux amateurs de café ! En effet, il semblerait que boire du café (jusqu’à 8 tasses par jour), serait associé à une espérance de vie plus longue.

Combien de tasses de café par jour ?

Selon cette dernière étude, on pourrait largement dépasser les 4 tasses de café maximum autorisées par jour puisque celle-ci fait état d’un maximum de 8 tasses par jour. Par ailleurs, le café a d’autres effets bénéfiques comme la favorisation des processus attentionnels, l’augmentation de l’éveil ainsi qu’un meilleur traitement de l’information. Et ce n’est pas tout ! En effet, consommé à certaines doses, le café aurait un impact significatif sur les performances cognitives de l’Homme et de l’animal. Il pourrait même aider à prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Caféine et Alzheimer

Boisson la plus consommée au monde après l’eau, le café est la première source de caféine qui reste à ce jour son constituant le mieux caractérisé. Substance psychoactive, la caféine favorise les processus mnésiques et agit positivement sur ce qu’on appelle la mémoire à long terme. En d’autres termes, elle réduit le déclin cognitif naturel dû au vieillissement. Effectivement, dans le cerveau, les cibles principales de la caféine sont les récepteurs adénosinergiques que celle–ci a la propriété de bloquer ce qui réduit les troubles de la mémoire et les troubles de la communication neuronale. Ce blocage réduit aussi les dysfonctions de la protéine Tau, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Seniors : savez-vous comment vous devez vous alimenter?

jeudi 28 juin 2018

les grands-mère cuisinentSelon certains diététiciens, l’alimentation des personnes âgées de plus de 50 ans doit évoluer afin de parer à certaines carences qui pourraient provoquer des baisses de forme.

Evitez le stockage des graisses

Tout senior qui fait attention à son poids, sait qu’a partir d’un certain âge, on a plus tendance à grossir. C’est pourquoi, il faudra alors privilégier une alimentation saine et équilibrée et surtout éviter les excès. En effet, avec l’âge, apparaît un ralentissement métabolique: à partir de 20 ans, le corps brûle de moins en moins de calories et le phénomène s’accélère en prenant de l’âge. Par ailleurs, les changements hormonaux qui se produisent à la ménopause et à l’andropause entraînent également une certaine prise de poids.

La solution : une alimentation équilibrée

Pour commencer, les seniors devront veiller à diminuer leur consommation de graisses saturées : charcuterie, beurre, viande grasse, fromage… ainsi que leur consommation de féculents : brioches, biscuits, gâteaux. Ceux-ci devront être remplacés par des fibres que l’on trouve dans les aliments complets (pain, riz et pâtes) ainsi que dans les fruits et les légumes. Le secret, c’est de cuisiner les aliments de la façon la plus naturelle possible, sans graisses ajoutées: sans huile et sans crème. Vous pouvez, par contre, y ajouter des épices pour que vos plats soient plus goûteux. C’est d’ailleurs ce que font, les cuisiniers de maisons de retraite ou de résidences-services.

Privilégiez les légumes et fruits cuits

Pour éviter les problèmes digestifs, privilégiez les fruits et légumes cuits car la plupart se digèrent bien. Pour cela, consommez plutôt des potages, purées et compotes. Ne supprimez pas les fruits frais et les crudités mais mangez-les par petites portions et coupés en tout petits morceaux. Les fruits peuvent être consommés au petit-déjeuner ou en collation dans la journée. Mangez lentement et pensez à bien mastiquer.

Jouez aux cartes pour prévenir la démence!

mardi 5 juin 2018

jeux de cartesNon ce n’est pas une blague! Jouer aux cartes ferait partie des activités intellectuelles permettant de préserver la santé de son cerveau. Effectivement, jouer aux cartes comme parier sur des courses de chevaux ou lire régulièrement le journal permettrait de garder plus longtemps de bonnes fonctions cognitives.

La participation active à des activités intellectuelles peut prévenir la démence chez les personnes âgées

Selon de récentes études, il semblerait qu’une des façons de prévenir les démences, serait de pratiquer régulièrement des activités intellectuelles faisant travailler son esprit. Pour cela, il suffit de lire des romans, de faire des paris sur des courses de chevaux ou bien tout simplement de jouer à des jeux de société avec ses petits-enfants. Un moyen bien agréable de se prémunir contre la démence sénile!

Pratiquer une activité physique 

Par ailleurs, la pratique régulière d’une activité physique ou sportive, comme la marche, le vélo, le Tai-chi ou le yoga, permettrait également de réduire les risques de voir apparaître une démence sénile. Effectivement, une récente étude parue dans la revue Neurology, permettrait de conclure que pratiquement tous les types d’exercices physiques peuvent contribuer à l’amélioration des performances cognitives et ce, même sur les personnes âgées.

Faire travailler son cerveau

Une autre étude plus ancienne, menée cette fois par l’institut Pasteur et le CNRS, démontre que la curiosité, l’éveil et le plaisir favorisent la formation de nouveaux neurones et l’acquisition de nouvelles compétences cognitives. A contrario, un état dépressif se répercute sur la production de néoneurones et entraîne un cercle vicieux qui maintient cet abattement. Enfin, mener une vie sociale riche et intense, par exemple à travers du bénévolat auprès d’associations, participer à des ateliers de chants ou de théâtre est excellent pour la mémorisation, et permet de réduire de manière significative les risques de survenue d’une démence de type Alzheimer.