Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour le mot-clef ‘personnes âgées’

Alzheimer : manger de la viande peut l’éviter!

jeudi 10 janvier 2019

Voila donc une nouvelle information qui nous vient d’une très sérieuse étude sur la maladie d’Alzheimer, menée par des scientifiques de l’Arizona State University.

Manger de la viande permettrait de prévenir Alzheimer

Apparemment, le fait de consommer de la viande mais aussi du poisson et des œufs ainsi que des noix et des légumes verts, permettrait d’empêcher la survenue de la maladie d’Alzheimer. Il s’agirait plus précisément, d’un nutriment appelé : la choline qui pourrait agir sur les neurotoxines et l’inflammation cérébrale, impliquées dans le développement de la maladie d’Alzheimer. Ce nutriment particulier a pour propriété de stimuler le cerveau, de le protéger des neurotoxines et de renforcer ses fonctions d’auto-nettoyage.

Des effets protecteurs pour les générations futures

Contrairement aux médicaments anti-Alzheimer existant à ce jour sur le marché, la choline aurait des effets protecteurs sur plusieurs générations. Effectivement, au cours de leurs expériences, les scientifiques  à l’origine de cette étude, ont fait absorber  de la choline, à des souris en gestation atteintes d’un type de démence semblable à la maladie d’Alzheimer. Ils ont alors constaté que la progéniture de ces souris était moins exposée au risque de maladie du cerveau.

 

lus encore, il semblerait même que la choline permettrait : « d’altérer les gènes des bébés d’une manière qui aurait eu des effets protecteurs pour les générations futures ».

Un espoir pour la lutte anti-Alzheimer

Ces découvertes médicales importantes pourraient pousser les scientifiques à « recommander des suppléments de choline aux femmes enceintes, en particulier et serait un traitement potentiel pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, car le nutriment est très sûr, comparé à de nombreux médicaments » ajoute l’étude. Cette découverte va redonner espoir aux malades Alzheimer et à leurs aidants, déjà déçus par le déremboursement récent des médicaments anti-alzheimer.

 

 

 

 

 

 

Seniors : Évitez la dépression en faisant des sorties culturelles!

dimanche 30 décembre 2018

Et bien oui ! C’est tout ce qu’il y a de plus sérieux : aller une fois par mois à un événement ou sortie culturelle, réduit de 48% les risques de développer des symptômes de dépression chez une personne âgée.

Une étude scientifique qui le prouve! 

Publiée, dans le « British Journal of Psychiatry », une très sérieuse étude scientifique s’est intéressée à la santé mentale des personnes âgées et aux activités qui pourraient empêcher les risques de dépression chez cette population à risques. Résultat : la pratique, même passive, d’activités culturelles a des « effets secondaires positifs ».

Réduire le risque de dépression 

D’après les scientifiques qui ont conduit cette étude sur plus de 2.000 hommes et femmes de plus de 50 ans, sur une période de 10 ans, c’est tout à fait possible! Selon eux, se rendre au moins une fois par mois à une activité culturelle, réduit considérablement le risque pour une personne âgée, de développer des symptômes liés à la dépression.

L’important : Garder l’esprit vif

Tous les spécialistes sont d’accord : participer à des ateliers et à des activités stimulantes aide le cerveau et le corps à rester en santé plus longtemps. Le Tai Chi par exemple, améliore l’équilibre et apaise alors que le chant et le théâtre aident à exprimer sa personnalité. La peinture, elle, permet de se réaliser dans le domaine de l’art et de prendre confiance en soi. Ateliers cuisine, sorties culturelles, ces activités ont pour but d’enrichir le quotidien des seniors et de développer leur vie relationnelle.

Nous assistons aujourd’hui à une évolution du regard sur le vieillissement. À nous de réaliser que l’avancée en âge est une étape importante vers un nouveau type d’épanouissement ! 
(Extrait du guide Bien vieillir de Retraite Plus)

Comment protéger les seniors contre la grippe?

jeudi 20 décembre 2018

Après l’âge de 65 ans, certaines maladies auparavant anodines, comme le rhume ou la grippe, peuvent réellement mettre en danger la vie des personnes âgées qui les contractent.

Comment mieux s’en protéger ?

En France, le virus de la grippe touche entre 2 et 6 millions de personnes et plus de 90% des décès concernent les personnes âgées de plus de 65 ans.  C’est la raison pour laquelle, les médecins incitent les personnes de cet âge à se faire vacciner contre la grippe. Si vous êtes atteints d’un début de syndrome grippal, sachez qu’il existe des moyens de réduire les risques et de prendre soin de vous si vous tombez malade.

En cause : l’affaiblissement du système immunitaire

Avec l’âge, le système immunitaire ne peut plus combattre les infections aussi efficacement que dans le cas d’une personne plus jeune. Alors pour limiter les risques de tomber malade, il vaut mieux adopter certaines habitudes de vie. Par exemple, commencez par vous laver les mains avant et après avoir mangé ou cuisiné et après être allé aux toilettes. Mais aussi  après un contact avec une personne malade,  ou après avoir toussé ou éternué. Il faut également éviter au maximum de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche et pratiquer une activité physique régulière. Avoir une alimentation équilibrée peut également aider à éviter les maladies.

Les dangers et complications pour les personnes âgées

Chez les personnes âgées, le danger d’avoir des complications après une grippe ou un rhume est plus important. Le rhume peut causer des maux de gorge et des éternuements, et la grippe entraîne une forte fièvre, une congestion, des douleurs et des frissons. Les deux peuvent évoluer vers la pneumonie. Selon certains scientifiques, la grippe augmenterait également le risque d’avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. C’est pourquoi, il est fortement conseillé de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

 

 

Les seniors paient environ 1850 euros par mois pour leur maison de retraite

jeudi 29 novembre 2018

Selon une étude de la Drees (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, rattachée au ministère des Solidarités et de la Santé), c’est la somme que doivent débourser les personnes âgées désireuses d’être hébergées en maison de retraite ou en EHPAD.

Une étude menée par la DREES

Selon cette étude datant de fin 2016, les personnes âgées doivent régler de leur poche au moins 1.850 euros nets par mois après déduction des différentes aides financières. Celles-ci sont nombreuses mais ne sont pas toujours bien connues du grand public. Connaître ces différentes aides est pourtant primordial puisque la pension moyenne des retraités vivant en France s’élevait à seulement 1.500 euros nets mensuels fin 2016. Ce qui rend les frais d’hébergement en maison de retraite, difficiles à assumer sans aide.

Un guide Retraite Plus pour tout savoir sur ces aides financières 

Écrit par l’équipe rédactionnelle et juridique de Retraite Plus, ce guide a été conçu pour pallier au manque d’information des familles confrontées aux coûts liés à la perte d’autonomie de leur proche âgé. En effet, à domicile comme en maison de retraite, les personnes âgées peuvent bénéficier de diverses allocations destinées à alléger leur budget. Cette nouvelle brochure, actualisée avec les dernières dispositions légales, en offre un aperçu complet. Qu’est-ce-que l’APA ? Comment financer un hébergement en maison de retraite ? Quelles sont les différentes allocations et les aides spécifiques ? Comment améliorer le quotidien des personnes âgées ? Toutes ces questions sont abordées dans ce manuel qui constitue un outil complet permettant de faciliter les démarches administratives des familles.
Pour télécharger directement le guide : cliquez ici

Les seniors comptent également sur leur épargne personnelle pour régler leur hébergement en EHPAD

En dehors de la pension ou des aides, le premier moyen déclaré être utilisé par près du tiers des seniors (27%) est l’épargne personnelle. Selon les auteurs de l’étude en question, les résidents de maison de retraite ont, pratiquement tous, des « livrets d’épargne (livret A, bleu, de développement durable, d’épargne populaire) ou d’épargne logement (livret, plan ou compte épargne logement) et la plupart détiennent également des produits d’assurance-vie ou d’épargne retraite ».

Seniors : Savez-vous qui contacter pour l’aide à l’amélioration de l’habitat?

jeudi 15 novembre 2018

Afin de demeurer chez soi le plus longtemps possible, il est souvent impératif d’adapter son logement en fonction de l’état de santé, du handicap et du niveau de dépendance. Pour ce faire, différents organismes interviennent financièrement.

Liste des différents organismes d’aide à l’amélioration de l’habitat

L’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat(ANAH)
Le PACT habitat et développement
Les caisses de retraite
Le conseil général
La maison départementale des personnes handicapées

En quoi consiste l’aide de l’ANAH

L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) peut accorder des subventions lors de l’adaptation d’un logement à la perte d’autonomie liée au vieillissement. Pour en bénéficier, il faut :
• Habiter dans le logement dont vous êtes propriétaire et ne pas dépasser un certain niveau de ressources
• Présenter votre projet au contact local de l’ANAH
• Que la maison ait plus de 15 ans à la date où est acceptée la demande Les montants : 35 à 50% du montant des travaux (HT) peuvent être pris en charge. Ce montant est plafonné à 10 000 €.

L’aide de Retraite Plus

Cette aide gratuite, fournie par l’organisme Retraite Plus, consiste à accompagner les familles dans leur recherche d’aide à domicile ou d’un établissement d’accueil. Son rôle : analyser les situations, aider aux démarches administratives et fournir une information ciblée de qualité. Pour en bénéficier, il faut :
• Appeler gratuitement au Numéro Vert : 0805 69 66 31
• Ou remplir une demande sur le site www.retraiteplus.fr

À savoir : Des crédits d’impôts peuvent être octroyés pour financer l’installation d’équipements liés à la perte d’autonomie. Pour en savoir plus, consultez le site : www.service-public.fr.

 

Tout savoir sur la tutelle et les droits des aînés

jeudi 25 octobre 2018

Les aidants de personnes âgées souffrant de difficultés cognitives se posent souvent la question de savoir à quel moment mettre en place une mesure de protection juridique ?

Un cadre juridique  pour aider à protéger les intérêts de la personne âgée

En effet, avec l’âge et la maladie, une personne peut devenir vulnérable et ne plus jouir de toutes ses facultés de jugement. En conséquence, il lui devient difficile de gérer seule ses affaires courantes ou ses propriétés. C’est la raison pour laquelle un cadre juridique s’impose à ce moment là. Il servira à garantir à la personne âgée concernée, le droit d’être protégée dans le cas où elle ne serait plus capable de s’occuper seule de ses intérêts.

Une étape indispensable: l’audition préalable 

Désormais, cette audition préalable est devenue obligatoire malgré ses limites, comme en cas de dispense pour les malades d’Alzheimer ou lorsque cela nécessite le déplacement
du juge chez la personne, entraînant du coup, un allongement des délais d’instruction. Effectivement, il est capital que le juge des tutelles puisse entendre personnellement la personne à protéger afin de se faire sa propre idée car malgré son éventuelle incohérence de discours, la personne à protéger peut tout de même exprimer certains sentiments et certains choix.

Les réformes juridiques

Depuis le 15 octobre 2015, a été ajoutée l’habilitation familiale, qui permet aux familles capables de pourvoir seules aux intérêts de leur proche, d’assurer cette protection sans avoir à recourir aux mesures traditionnelles de protection judiciaire. Ce qui porte à six le nombre de mesures de protection juridiques destinées aux majeurs : la sauvegarde de justice, l’habilitation familiale, la curatelle, la tutelle, le mandat de protection future et la mesure d’accompagnement social personnalisé (Masp) ou judiciaire (Maj).