Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour le mot-clef ‘maladie d’alzheimer’

Seniors : prenez des vacances pour vivre plus longtemps!

jeudi 3 janvier 2019

C’est un constat qui nous vient d’une équipe de chercheurs finlandais présentée cet été à Munich (Allemagne) au Congrès de la Société européenne de cardiologie (SEC): pour vivre plus longtemps, il faut prendre des vacances de façon régulière!

Un mode de vie sain ne suffit pas!

D’après les résultats de l’étude conduite par ces chercheurs, il faut bien entendu adopter un mode de vie sain afin de préserver sa santé et ainsi de vivre plus longtemps mais il faut également savoir arrêter régulièrement ses activités quotidiennes pour prendre des vacances.

Un faible taux de mortalité observé chez ceux qui prennent de longues vacances

Effectivement, à la fin du suivi, les chercheurs ont observé un risque de maladies cardiovasculaires réduit de 46% chez les personnes ayant pris très régulièrement de longues vacances au cours de leur vie. Ainsi : « Les vacances peuvent être un très bon moyen de soulager le stress« , explique le Professeur Timo Strandberg qui a présenté l’étude au Congrès de la SEC.

Développer son bien-être et se relaxer

dans le même ordre d’idées, pour se relaxer et diminuer son stress, il ne faut pas hésiter à profiter de son temps libre pour partir en vacances et voyager, même si on est seul. Ce sera l’occasion de rencontrer d’autres personnes dans le même cas et de se faire des amis. Sachez qu’il existe aujourd’hui des agences de voyages spécialisées pour seniors qui peuvent se charger de l’organisation de votre séjour.

Quels aliments sont bénéfiques pour prévenir la DMLA?

jeudi 6 décembre 2018

Selon les scientifiques, un régime alimentaire spécifique permettrait de lutter contre la DMLA ou dégénérescence maculaire liée à l’âge. Les aliments à privilégier, seraient ceux contenant des anti-oxydants.

Des vitamines pour ralentir la DMLA chez les personnes âgées

Après plusieurs expérimentations, les scientifiques ont conclu qu’un cocktail de vitamines C et E, bêta-carotène, zinc et cuivre permettrait de ralentir l’évolution de la DMLA à un stade intermédiaire ou avancé. D’autres caroténoïdes anti-oxydants comme la lutéine et la zéaxanthine seraient également bénéfiques dans la prévention de cette maladie. Effectivement, il s’agit de pigments dont manquent les personnes souffrant de DMLA. Ces pigments ont la particularité de se concentrer au niveau de la macula pour la protéger.

Le rôle des oméga3 à longue chaîne

Une récente étude, menée au centre hospitalier intercommunal de Créteil (Val-de-Marne), tendrait à prouver qu’une supplémentation en oméga 3 à longue chaîne, permettrait une régression des vaisseaux sanguins intrus jusqu’à 68% en trois ans. Egalement, selon la Haute Autorité de Santé, une supplémentation en vitamines est fortement conseillée dans le cadre du traitement de la DMLA afin, notamment, d’éviter une évolution de la maladie au deuxième œil. Des compléments alimentaires spécifiques sont couramment prescrits par les ophtalmologistes.

DMLA, quels aliments privilégier?

Voici les différents aliments à privilégier selon les scientifiques car contenant tous les éléments nécessaires à la prévention de cette maladie de la rétine qui touche aujourd’hui près d’un million trois cent mille français (essentiellement des personnes âgées de plus de 50 ans) :
– des fruits comme l’orange, la pastèque et la pêche
– des légumes comme le brocoli, la courgette, le chou frisé et de Bruxelles, les épinards, la laitue, les navets et les petits pois
– des poissons,  comme le hareng, le maquereau, la sardine et le saumon, meilleures sources d’EPA et de DHA
– des huiles de colza ou de noix pour cuisiner.

Selon le Pr Bron, ophtalmologiste au CHU de Dijon, » Ce type de régime devrait être adopté au moins par les personnes prédisposées à la DMLA.  Il correspond également à l’alimentation équilibrée que nous devrions tous avoir pour prévenir les maladies cardio-vasculaires et  certains cancers. »

 

Saviez-vous que faire du sport pouvait protéger d’Alzheimer?

mercredi 31 octobre 2018

Selon Yves Rolland, gériatre, Professeur au Gérontopôle de Toulouse, l’activité physique est, non seulement recommandée mais surtout, très adaptée aux personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les malades Alzheimer, une population trop sédentaire

Effectivement, les malades atteints d’Alzheimer sont généralement hébergés en EHPAD dans des unités protégées dédiées à la prise en charge des malades Alzheimer. Là, ils sont surveillés et on les empêche de trop déambuler afin d’éviter qu’ils ne se blessent ou ne s’égarent. Le revers de la médaille, c’est que, par manque d’exercice, ils sont sujets à certaines complications comme des difficultés motrices avec des risques de chutes importants, une dénutrition, une perte de la masse musculaire et surtout des modifications comportementales difficiles à soigner par traitement médicamenteux.

Du sport pour améliorer la motricité des malades Alzheimer

Une activité physique régulière, permettrait de diminuer ces troubles et de réduire un certain nombre de troubles psycho-comportementaux associés à cette pathologie. Elle peut prendre différentes formes comme par exemple de la marche pour se rendre au réfectoire, des exercices d’équilibration et de renforcement musculaire, des parcours préétablis avec des stations de pause ainsi que des exercices de musculation, de souplesse et d’équilibre. Ces diverses activités physiques sont souvent organisées en EHPAD dans le cadre du projet de vie du résident. En cas de maintien à domicile, il est bon d’encourager le patient à effectuer ces exercices de façon régulière.

Une activité physique pour maintenir l’indépendance fonctionnelle 

Le fait de pratiquer une activité physique permet également d’améliorer considérablement la qualité de vie des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. Cette démarche s’inscrit dans le cadre du maintien de l’indépendance fonctionnelle de ces patients car elle permet de limiter les épisodes dépressifs, les périodes d’agressivité et les problèmes de déambulation. La pratique d’une activité physique régulière permet également aux malades, de ressentir des améliorations au niveau de leur état de santé général. Effectivement, cela permet d’améliorer sensiblement leur appétit, leur transit, leur souplesse, leur tension artérielle, leur contrôle glycémique ainsi que leurs problèmes d’ostéoporose.

 

 

 

EHPAD Alzheimer : pas suffisamment de places dans l’urgence!

mercredi 10 octobre 2018

Placer un proche malade d’Alzheimer est une décision très difficile et trouver un bon EHPAD Alzheimer est plus ardu qu’il n’y paraît. Heureusement, il existe aujourd’hui des organismes comme Retraite Plus qui assistent les malades et leurs familles dans cette recherche.

Une facture qui n’est pas à la portée de tous

A combien revient de placer un malade en établissement ? « Quand vous comptez l’hébergement plus le forfait soins plus le forfait dépendance, en ôtant le montant de l’APA, le reste à charge pour les familles est de 2 000 € minimum par mois. Quant aux accueils de jour, il faut compter entre 30 et 40 € la journée. » déclare Odile Jeunet, Présidente de France Alzheimer Doubs, Jura, Haute-Saône. En effet, celle-ci s’occupe de cette association car il s’agit avant tout d’une association de soutien aux familles. Une bouffée d’oxygène pour les aidants et une assistance pour les demandes d’information sur la maladie et de conseils dans les démarches à effectuer.

Le placement en EHPAD Alzheimer : un crève-cœur qui culpabilise

« D’où l’importance d’être soutenu et d’en parler, ne serait-ce que pour déculpabiliser », indique Jean-Louis Ropert. Bénévole à France Alzheimer Doubs, Jura, Haute-Saône. Il a accompagné son épouse pendant les quatorze ans qu’a duré sa maladie, jusqu’à son décès, voilà trois ans à l’Ehpad d’Ornans. « Elle avait 50 ans et travaillait à Paris où elle était attachée de direction lorsque ça a commencé », témoigne-t-il. « Les oublis puis les absences se sont multipliés. Une fois où elle était partie faire des courses à Besançon, elle a perdu la voiture, ne sachant plus où elle l’avait garée. » Au bout de sept ans, « du jour au lendemain, son état s’est dégradé. J’ai essayé de la tenir jusqu’au bout à la maison mais dans les derniers temps, j’ai dû la placer à l’Ehpad d’Ornans. C’est un crève-cœur vous savez, on culpabilise énormément. Même si les personnels font le maximum, c’est très difficile à vivre quand on est très proche. On se sent coupable de les placer dans ces structures. »

« Ça ne bouge pas assez »

En tant que bénévole à France Alzheimer, il épaule désormais les personnes confrontées aux affres qu’il a dû affronter. S’agissant de la prise en charge des malades ? « Ça ne bouge pas assez », déplore-t-il. « On a beaucoup fait pour la prise en charge des AVC et des cancers mais pour Alzheimer, on manque encore cruellement de structures adaptées et de personnels formés. C’est un problème de santé publique. Et il y a urgence, sinon dans les années à venir ça va être une catastrophe. »
> www.retraiteplus.fr
> France Alzheimer Doubs, Jura, HauteSaône, www.francealzheimerfranchecomte.fr
Tél.- 03.81.41.08.55

(Source l’Est Républicain)

Le pain brioché, un nouveau remède contre la dénutrition des âgés

jeudi 23 août 2018

C’est une nouvelle idée que nous devons à la créativité des chercheurs du laboratoire Cérélab de Dijon: Un pain brioché hyper-énergétique, riche en protéines, en vitamines B12, B9 et B6, en calcium et en sélénium.

Un « alicament » remboursé par la sécurité sociale

Ce pain est un complément alimentaire permettant de lutter contre la dénutrition des personnes âgées. Il s’agit donc d’un aliment médicament ou « alicament. » A ce titre, la sécurité sociale a décidé de le prendre en charge. Il est aujourd’hui remboursé et c’est une bonne nouvelle! En effet, si votre médecin vous prescrit ce pain brioché, G-Nutrition, sachez que son prix sera pris en charge. Ce pain brioché « nouvelle génération » contient 3,01 kilocalories pour un gramme, soit 20,6g de protéines/100g.

Lutter efficacement contre la dénutrition des âgés

C’est le but de ce nouvel « alicament » dont la richesse énergétique permet de parer aux carences alimentaires des personnes âgées dénutries et d’éviter le phénomène annexe : la fonte musculaire. Pour preuve, Cérélab, le laboratoire qui travaille sur ce projet depuis 2008, indique que ce pain brioché est recommandé en cas de “besoins protéiques accrus des personnes âgées et/ou dénutries”, “dans le cas d’une pathologie (cancer, VIH…) et/ou encore dans le cas d’une fonte musculaire”.

Adapter son alimentation pour mieux vivre son âge

L’alimentation joue un rôle crucial sur la santé de l’organisme. En prenant de l’âge, celui-ci change ainsi que ses besoins nutritionnels. D’ailleurs, un poids stable est un bon indice de santé. Pour le surveiller, pesez-vous une fois par mois et prévenez votre médecin si vous remarquez des changements de poids significatifs. Trop maigrir est dangereux pour la santé car cela fait également perdre du muscle. Souvent, une perte d’appétit apparaît chez les personnes âgées et lorsque celles-ci ne mangent plus suffisamment pour couvrir les besoins de leur organisme, on parle de dénutrition. Dans ce cas de figure, les personnes âgées seront plus vulnérables aux maladies infectieuses ou à l’aggravation d’une maladie chronique. 

Luttez contre l’ostéoporose grâce aux protéines

mercredi 15 août 2018

Selon les observations d’une équipe regroupant des chercheurs de la Société européenne des aspects cliniques et économiques de l’ostéoporose et de la Fondation Internationale de l’Ostéoporose, il semblerait qu’un apport en protéines alimentaires supérieur aux niveaux recommandés pourrait être bénéfique pour réduire la perte osseuse.

Diminuer les risques de fractures chez les seniors

Ce serait apparemment possible grâce à une consommation accrue de protéines. En effet, d’après cette étude parue dans la revue Osteoporosis International, un régime riche en protéines – avec un apport en calcium suffisant bien sûr – serait très bénéfique pour la santé osseuse des adultes. En cause, la densité minérale osseuse, un déterminant important de la solidité de nos os, qui est aussi impactée par un apport protéique plus important. Par ailleurs, les protéines et le calcium combinés dans les produits laitiers ont également des effets bénéfiques sur les hormones calciotropes, marqueurs du remodelage osseux et de la densité minérale osseuse.

Les seniors ne consomment pas assez de protéines

C’est ce qu’explique le Pr René Rizzoli, ancien chef du Service des maladies osseuses aux Hôpitaux universitaires de Genève et co-signataire de ce travail : « Chez les personnes âgées, nous constatons que la consommation de protéines n’est pas trop importante, mais au contraire trop faible ». En effet, « Un apport adéquat est pourtant nécessaire pour une croissance osseuse optimale et le maintien d’une ossature saine à tous les âges. » déclare t-il. Par ailleurs, il faut savoir que les recommandations actuelles en matière de protéines sont de 1 g/kg/j.

L’ostéoporose, comment la déceler?

L’ostéoporose provoque une perte de masse osseuse et une fragilisation des os. Cependant ces symptômes ne sont pas visibles à l’œil nu. Souvent, la maladie n’est découverte qu’après l’apparition de certaines complications qui, elles, se caractérisent par des symptômes apparents. Si une personne présente de nombreuses fractures dans un intervalle de temps restreint, on soupçonnera une ostéoporose. De même, si l’on observe un tassement des vertèbres et une diminution de la taille du patient, on pourra également soupçonner une ostéoporose.