Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour le mot-clef ‘EHPAD’

Tout savoir sur la curatelle !

jeudi 28 décembre 2017

Close-up. Elderly woman and beautiful granddaughter with wide smile

Ce régime s’applique à des personnes qui, sans être hors d’état d’agir elles-mêmes, ont besoin d’être assistées, conseillées ou contrôlées dans les actes de la vie civile (art 440 du code civil). La curatelle est fondée sur l’assistance où seuls les actes les plus graves sont contrôlés par le curateur. Le curateur assiste le majeur mais ne décide pas à sa place !

Effets de cette mesure:

 

  • La personne âgée vulnérable dont l’altération des capacités physiques ou mentales a été constatée par un médecin spécialiste, sera placée sous curatelle après l’audition obligatoire par le juge des tutelles.
  • Elle continue à agir en son nom mais avec l’assistance de son curateur.
  • La curatelle ne prive pas des droits civiques, et permet ainsi une meilleure intégration par la participation aux actes importants.

Comment la mettre en place ?

La mise sous curatelle intervient soit :
• Directement après la sauvegarde de justice, après examen complet du dossier.
• D’emblée, suite à la demande de l’intéressé lui-même, de son conjoint, de ses enfants, de ses parents, de ses frères et sœurs, des services sociaux, du médecin traitant ou du Ministère Public.
• Il faut saisir, par courrier, le juge des tutelles du tribunal d’instance où est domiciliée la personne à protéger.
• A noter que le juge peut se saisir d’office à la suite d’un signalement.

Les personnes placées sous mesure de protection juridique doivent être reconnues vulnérables par un juge des tutelles. La décision du juge se fera après examen d’un certificat médical et après avoir rencontré la personne concernée et ses proches. Cette décision sera prise au bout d’un an maximum. en attendant, la personne à protéger pourra être provisoirement placée sous sauvegarde de justice.

Durée de cette mesure:

La mise sous curatelle ne peut pas excéder 5 ans. Toutefois le juge peut la modifier ou la renouveler selon la situation. Elle peut même être réexaminée si la situation l’exige.
La décision du juge peut être contestée par lettre recommandée avec avis de réception adressée au tribunal d’instance et ce dans les 15 jours suivant la notification du jugement.

Qui peut être curateur ?

Le juge nommera :

  • soit un proche de la personne protégée (enfant, frère, sœur…).
  • soit un curateur professionnel nommé « mandataire judiciaire à la protection des majeurs » qui sera rémunéré par la personne protégée.

A savoir : Les membres de la famille seront prioritaires. Parfois, il sera possible de partager la curatelle entre deux personnes.
Si la personne à protéger réside en EHPAD, il est également possible de nommer un salarié de l’établissement comme curateur. Dans ce cas, la rémunération du préposé est incluse dans le tarif hébergement.

 

 

Tutelle : comment prouver un état de santé défaillant ?

jeudi 21 décembre 2017

edito1Pour prouver la nécessité d’une mise sous tutelle pour raison de santé mentale altérée, il faudra présenter un certificat médical circonstancié. Ce certificat devra être rédigé par un médecin expert, inscrit sur la liste des médecins spécialistes. Cette liste est disponible auprès du tribunal dont dépend le majeur à protéger. Ce document devra attester de l’altération des facultés mentales de la personne et décrire avec précision l’étendue de cette altération.

Caractéristiques du certificat médical circonstancié

  • Le certificat devra mentionner si « l’altération des facultés personnelles de l’intéressé n’apparaît manifestement pas susceptible de connaitre une amélioration selon les données acquises de la science ».
  • Ce certificat est payant. Il coûte 160 euros, prix fixé par la loi.
  • Dans le cas où le majeur refuserait d’être auditionné par le juge, ou de se soumettre à cet examen médical, alors un tel refus devra être constaté afin de pouvoir poursuivre l’instruction de l’affaire.

Un réexamen au fil des ans

Le juge des tutelles devra décider si la mesure de protection portera sur la personne, sur son patrimoine ou sur les deux. Pour cela, il se basera sur le certificat médical circonstancié mais également sur les comptes annuels de gestion remis au greffier en chef par les tuteurs et les curateurs.
Dans tous les cas de figures, les mesures de tutelle et de curatelle seront réexaminées au bout de cinq ans et seulement alors elles pourront être reconduites, allégées ou renforcées. Pour la sauvegarde de justice, qu’elle soit judiciaire ou médicale, elle deviendra caduque au bout d’un an, sauf si elle est explicitement reconduite pour une année supplémentaire seulement.

La famille est-elle prioritaire?

C’est avant tout auprès de l’entourage familial que le juge des tutelles recherchera la personne la plus apte à s’occuper des affaires du majeur. Dans la plupart des cas, il choisira en priorité comme tuteur ou curateur le conjoint de la personne âgée à protéger. D’ailleurs, dans les faits, près d’une personne sur deux est protégée par sa famille proche. Le problème c’est que parfois, celle-ci n’est pas forcément la mieux placée pour exercer cette protection, notamment lorsque les intérêts de la personne à protéger ne se confondent pas avec ceux de sa famille. Dans ce cas, il pourra nommer « un Mandataire Judiciaire » ou tuteur professionnel dont le statut est celui : Mandataire Judicaire à la Protection des Majeurs (MJPM). C’est le juge des tutelles qui désignera un professionnel formé et habilité à exercer cette fonction et répondant à des conditions de moralité et de compétence.

(Article tiré du guide de la tutelle de l’organisme Retraite Plus)

Seniors: et si vous repreniez le sport?

jeudi 14 décembre 2017

sportseniorsTous les professionnels de santé s’accordent à le dire : pratiquer une activité physique  de façon régulière est non seulement bénéfique mais fortement conseillée car cela protège de certaines maladies comme le diabète sucré et les maladies cardio-vasculaires. Elle retarderait même la survenue de la maladie d’Alzheimer.

Débutez en douceur

Reprendre le sport après un certain âge n’est pas chose facile et requiert de prendre certaines précautions afin de ne pas nuire à votre santé. « Même si on démarre à 60 ans, il n’est jamais trop tard! », déclare le Dr Hélène Gaumerais, médecin aux thermes de Saint-Malo. Le tout étant de demander conseil à son médecin avant de débuter une quelconque activité sportive. Ce bilan de santé est destiné à connaitre votre réelle santé physique. Pour cela, votre médecin vous posera plusieurs questions précises concernant votre état général comme votre taux de cholestérol, si vous êtes sujet à l’hypertension ou si vous fumez…Il vous enverra alors faire un bilan sanguin et peut-être un électrocardiogramme.

Faites appel à un coach sportif !

Cette solution a le mérite d’être plus sécuritaire. En effet, un coach spécialisé ne vous laissera pas vous essouffler dans des exercices qui ne sont pas adaptés à votre âge ni à votre état de santé. Au contraire, il vous conseillera les machines à utiliser et vérifiera que vous ne forcez pas trop sur votre cœur ni sur vos articulations. De plus, le coaching qui est souvent inclus dans les inscriptions en salles de sport, a l’avantage de permettre de se familiariser avec le vélo elliptique, le tapis de course, le rameur… et d’apprendre à coordonner ses mouvements. Pour débuter, il est conseillé de pratiquer l’activité de votre choix pendant 5 à 10 minutes par jour et d’augmenter progressivement sa durée pour essayer d’atteindre les 30 minutes recommandées. Choisissez des activités que vous aimez et variez-les pour éviter la monotonie.

À partir de 50 ans, on perd en masse musculaire et en densité osseuse

« Avant cet âge, hommes et femmes ont une diminution de 0,5% à 1% par an de leur masse osseuse. Mais chez les femmes, après la ménopause, cette perte va augmenter de 3% par an pendant cinq ans, » explique le Dr Gaumerais. Faire de l’exercice physique régulièrement est primordial pour rester en bonne santé et maintenir son capital musculaire. L’exercice physique est également particulièrement bénéfique pour le moral. 20 à 50 minutes de marche régulière peuvent même avoir un impact positif sur la dépression car au cours de l’exercice physique des endorphines sont libérées  en quantité par le cerveau ce qui entraîne une sensation de bien-être.

Journée mondiale du bénévolat : Pensez aux aînés!

mercredi 6 décembre 2017

Hier c’était la journée du bénévolat! Donner… de son temps, de son argent, de son attention, de ses compétences… Partager… La solidarité, ce n’est pas une vision de l’esprit. En France, elle est bien réelle !

Et si vous faisiez une bonne action?

Si vous désirez faire du bénévolat, voici quelques idées de bonnes actions solidaires parmi lesquelles vous pourrez choisir. Pour commencer, Les Pères Noël Verts du Secours Populaire complètent l’action du Père Noël qui ne peut pas s’occuper de tous les enfants. Autre exemple, chaque année, début décembre, 200 000 bénévoles participent au Téléthon. C’est une véritable volonté pour de nombreux Français, prêts à donner, souvent sans compter, du temps pour aider les autres, qu’ils soient voisins ou étrangers, jeunes ou moins jeunes… La mobilisation des bénévoles, ceux qui donnent de leur temps dans une association, un organisme d’intérêt général ou de manière informelle, mais hors cadre familial direct, touche 63 % des Français selon l’étude La France Bénévole en 2016.

Comment devenir bénévole?

Tout le monde peut être bénévole, quel que soit son âge, son niveau de qualification, que l’on soit en activité ou sans emploi…Il n’y a pas de règles. Cela dépend de la mission et de la disponibilité du bénévole. Il faut en revanche bien comprendre que lorsqu’on est bénévole, il y a des personnes qui dépendent de nous. Par exemple, si on aide des enfants à réviser après l’école et que l’on ne vient pas ou juste de façon ponctuelle, l’aide ne sera pas efficace, faute de suivi. Par ailleurs, il est également possible de participer financièrement à des actions de bénévolat. De nombreuses associations ou organismes d’intérêt général manquent d’argent pour mener à bien leurs missions. Sachez que vos dons peuvent donner droit à des réductions d’impôts. Vous pouvez déduire 75 % des sommes versées aux organismes d’aide aux personnes en difficulté dans la limite de 530 € par an.

Intéressez-vous à vos voisins? 

Il n’est pas toujours nécessaire d’aller bien loin pour être utile. Il suffit parfois de prendre le temps de s’intéresser aux gens autour de soi. On peut, par exemple, apporter à manger aux SDF qui vivent près de chez soi, proposer à la voisine âgée de lui faire ses courses au marché et de lui monter son cabas, donner les jouets en bon état et les livres qui ne servent plus à des associations, aider l’élève qui a des problèmes à l’école à faire ses devoirs…Pour vous aider à trouver des personnes âgées ayant besoin de vos services, l’organisme Retraite Plus a crée une interface de bénévolat sur son site internet. Sur cette plateforme de  bénévolat, vous trouverez un forum disponible pour des demandes d’aide gratuite de la part de personnes âgées. Tous les bénévoles intéressés pourront poster des réponses.
Pour vous rendre sur l’onglet bénévolat et poster votre annonce, cliquez ici

15 % à 20 % des personnes âgées vivent des périodes dépressives

mercredi 22 novembre 2017

senior depressionDe nombreux seniors (15 % à 20 % des personnes âgées) vivent des périodes dépressives qui pourraient passer inaperçues. Voici quelques indices qui, si vous y êtes attentif, vous permettront de détecter un éventuel dérèglement du moral chez un proche.

Les symptômes de la dépression

Il existe neuf symptômes caractéristiques de la dépression. Pour que le diagnostic de dépression puisse être posé, le patient dépressif doit en présenter au moins cinq, presque tous les jours depuis au moins deux semaines, dont obligatoirement l’un des deux premiers de la liste :

 

  • une tristesse quasi-permanente, avec parfois des pleurs (humeur dépressive) 
  • une perte d’intérêt et du plaisir à l’égard des activités quotidiennes, même celles habituellement plaisantes
  • un sentiment de dévalorisation et de culpabilité excessif ou inapproprié
  • des idées de mort ou de suicide récurrentes, le sentiment que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue
  • un ralentissement psychomoteur
  • une fatigue (asthénie), souvent dès le matin
  • une perte d’appétit, souvent associée à une perte de poids
  • des troubles du sommeil avec en particulier des insomnies matinales
  • des difficultés attentionnelles, de concentration et de mémorisation

Les types de dépression :

Pour les patients qui présentent entre 5 et 7 symptômes, la dépression est considérée comme légère à modérée.
Au-delà de 8, elle est dite sévère.

Il existe différentes formes de dépressions qui se présentent de façon différente en fonction de l’âge de la personne :

-Chez un enfant elle peut apparaître sous forme de refus d’autorité, de trouble du comportement, d’agressivité envers ses camarades ou enfin d’une sorte de retrait dans les loisirs.

-À l’opposé, les personnes âgées atteintes de dépression vont perdre leur autonomie et avoir des oublis. On parle alors de dépression pseudo-démentielle. (a ne pas confondre avec le syndrome de glissement avec délaissement des soins et de soi)

-Pour les personnes d’âge moyen il peut y avoir des dépressions anxieuses, ou des dépressions liées à la situation (par exemple la dépression postpartum qui survient environ un mois après l’accouchement).

Traiter la dépression :

En cas de dépression avérée, il est nécessaire de prendre rapidement rendez-vous avec un médecin traitant. Effectivement la dépression doit être très rapidement traitée sinon elle risque de durer entre six mois et un an. Après la prise du traitement, si la personne est répondeuse on constate généralement une amélioration au bout de quinze jours et une vraie rémission après environ trois mois. Attention, même si la personne se sent bien, il est important de poursuivre le traitement durant six mois complets afin d’éviter une rechute.

 

 

Seniors : 8 conseils pour faire du sport sans en avoir l’air!

lundi 13 novembre 2017

Senior Faire régulièrement de l’exercice physique est primordial pour rester en bonne santé, surtout à l’approche de la cinquantaine. À partir de 50 ans, notre corps change de façon progressive, et les excès laissent plus de traces qu’auparavant. C’est pourquoi c’est à cet âge charnière, qu’il convient de modifier son mode de vie et surtout de se remettre à pratiquer un sport.

Bougez régulièrement

Une activité physique quotidienne stimule l’appétit et peut également aider à éviter les différents troubles digestifs qui ont tendance à apparaître quand on prend de l’âge. Toutefois, les 30 minutes de marche par jour qui sont recommandées peuvent être remplacées par d’autres types d’activités physiques : marche, vélo, jardinage… ou bien par des activités sportives comme la gymnastique, le yoga ou la natation. Sachez tout de même que pour qu’elle soit profitable, une activité physique doit être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes. Par ailleurs, n’oubliez pas que la régularité de l’activité physique est un élément essentiel pour obtenir un bénéfice sur la santé. Que vous ayez trop de cholestérol ou que vous soyez diabétique, la pratique d’une activité physique réduit ces troubles, aide à perdre du poids et à faire baisser la tension artérielle. C’est d’ailleurs un complément indispensable aux traitements médicamenteux.

Mais sans trop forcer

Connaitre ses capacités est très important. En effet, l’activité physique ou sportive ne doit pas provoquer une fatigue excessive. Celle-ci pouvant entraîner des problèmes de santé comme des tendinites, des douleurs articulaires, des fractures voire même des accidents cardiaques. Soyez attentifs aux signaux donnés par votre corps : si vous êtes fatigué après l’effort ou que vous avez mal, diminuez l’intensité et la fréquence de l’exercice.

Pour vous aider à vous y remettre tout doucement, voici quelques astuces : 

 

sport