Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Prémunir les aînés contre la chaleur

La maison de retraite Les Jardins, à Riom, n’a pas attendu la canicule de 2003 pour protéger ses pensionnaires des hausses de températures.
 

«Allez monsieur ! Il fait chaud. Reprenez donc un verre ! » À la maison de retraite les jardins, à Riom, le personnel pousse à la consommation. Mais, rassurez-vous, en toute sobriété et uniquement pour le bien de ses pensionnaires.
Après l’été 2003, l’État a mis en place un plan canicule.
« Celui-ci se décline dans tous les établissements de santé », explique Regis Thual, directeur de l’hôpital Guy-Thomas, dont dépend la maison de retraite.
Appliqué du 1er juin au 31 août, il comporte trois niveaux d’alerte. « Cela nous permet de mieux anticiper les fortes chaleurs », ajoute-t-il.

De l’eau gélifiée pour les pensionnaires

Le niveau 2 prévoit, par exemple, le renfort de bénévoles de la Croix Rouge pour aider à faire boire les patients. Des conventions ont aussi été signées avec les maisons de retraite du secteur. Elles permettent notamment d’accueillir leurs pensionnaires qui souffriraient de déshydratation.
« Quand la température grimpe, au moins un litre et demi d’eau est nécessaire quotidiennement » précise Mme Robert, la cadre responsable de la maison de retraite Les jardins.
Eau, jus de fruits, tisanes sont donc proposés à intervalles réguliers aux retraités. « Surtout pas d’alcool ou de boissons très sucrées. Le café et le thé sont aussi à proscrire » ajoute une infirmière. En plus des brumisateurs, de l’eau gélifiée est même disponible. Elle est utilisée pour les personnes souffrant de problèmes de déglutition. « Il s’agit d’une sorte de gélatine aromatisée qui se dilue progressivement dans la bouche », explique Mme Robert.

Détection et prévention

Maux de tête, sensation de fatigue, vertiges, malaises, troubles du sommeil. Le personnel doit être attentif aux symptômes pouvant indiquer un « coup de chaud ». Afin de prévenir tout problème, ils veillent constamment à ce que les locaux soient frais et que les pensionnaires s’habillent avec des vêtements légers.
« Grâce à des gestes simples, nous ne déplorons aucun décès imputable à la chaleur. Même durant la canicule de 2003 » se félicite Mme Robert.

Source: La Montagne

Laisser une réponse