Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Des clowns en maisons de retraite

Le rire a un pouvoir extrêmement important qui a déjà fait ses preuves dans le domaine médical. Expliqué scientifiquement, une personne qui sourit ou qui se laisse aller à plusieurs éclats de rire par jour, sécrète un liquide qui a une action directe sur le moral.

C’est pourquoi les médecins font de plus en plus appel à ces « clowns » pour prodiguer leurs soins à leurs patients. En effet, un comprimé sera remplacé par une scénette rigolote et fera davantage d’effets. Alors que les malades éprouvent une appréhension des piqûres, ils sont toujours partants pour écouter une bonne blague.

La thérapie du rire peut faire sourire, et pourtant elle peut se féliciter d’avoir à son palmarès bon nombre de personnes guéries, dont le cas ne laissait que peu d’espoir.

L’association Clowns pour de Rire, répand sa bonne humeur magique, à raison de cinq fois par an au sein de la maison de retraite Le Castelet à Muret. Pour les connaisseurs, la simple vue de Nathalie Avondo et Philippe Brunet dans les locaux, les ravit car ils savent que le moment de rire est arrivé, qu’on le veuille ou non. Cela ne se commande pas, même après une dure journée, une déception familiale, un traitement douloureux, personne ne résiste à l’appel du nez rouge.

Pour les nouveaux, leur air sceptique laisse vite place aux larges sourires, voire aux rires à gorges déployées.

Nathalie et Philippe nous expliquent d’où leur est venue cette envie de faire rire nos aînés.  » Le projet est né de notre initiative. Ce n’est pas nouveau. Il est dans la lignée du rire médecin, comme les clowns à l’hôpital. Des clowns dans un établissement gériatrique, c’est une bouffée de vie pour tous. Nous intervenons à Lézat, Ax-les-Thermes, Pamiers, Rieumes… et au Castelet à Muret. Avec l’animatrice et le psychologue, nous avons ciblé des résidents qui ne participent pas aux animations, qui sont très dépendants ou en isolement, dépressifs… Nous en voyons six ou sept par tournées, toujours accompagnées de personnel. Nous ne voulons pas en faire plus car cela demande beaucoup d’énergie. »

Beaucoup d’énergie peut-être, mais certainement pas assez pour vouloir s’arrêter. Nathalie et Philippe aiment ce qu’ils font et ils aiment voir les personnes âgées aimer ça aussi. « On a vu des gens s’illuminer, des comportements changer. Il y a eu des crises de fou rire, des gens qui se remettaient à manger. Le clown arrive à trouver un langage qui rentre bien dans celui de la personne âgée. Les gestes, le costume, le tricot trop petit, la bague, le nez rouge… Il s’amuse de tout et veut entrer en contact. Le top, c’est quand la personne âgée nous met en scène, y compris le personnel. Par exemple, quand une grand-mère dépendante propose son aide pour déplacer le fauteuil roulant de Philippe. Cela dédramatise beaucoup de choses. »

Nathalie et Philippe déploient une quantité d’énergie importante dans leurs tournées en maisons de retraite. Ils nous font une visite guidée. « Nous demandons des explications sur le passé des personnes que nous allons voir et nous nous préparons pendant une demi-heure. Parfois on se fait jeter, mais nous avons des stratégies pour ne pas en être affectés. Nous restons toujours dans le jeu. Nous offrons notre personnage de clown à la structure. Ensuite, nous faisons un débriefing pour bien faire la part des choses. »

Une belle initiative dont ils peuvent être fiers.

Laisser une réponse