Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour janvier 2018

Le curcuma : une épice aux nombreux pouvoirs

lundi 29 janvier 2018

curcumaCette fameuse épice de couleur jaune aurait effectivement plusieurs propriétés dont l’amélioration de la mémoire et de l’humeur. En effet, la poudre de curcumine contenue dans cette épice aurait pour effet un ralentissement du développement de la maladie d’Alzheimer et une stabilisation de l’humeur. Selon certains scientifiques ayant testé des personnes âgées ayant ingéré du curcuma, cette épice aurait également la propriété d’améliorer la mémoire des personnes âgées de 50 à 90 ans présentant des troubles cognitifs légers.

Une expérience concluante

En effet, c’est ce qui ressort des résultats d’une étude publiée dans l’American Journal of Geriatric Psychiatry. Lors de cette étude, les participants ayant ingéré du curcuma présentaient des résultats aux tests de mémoire supérieurs de 28 % à ceux des autres volontaires. Par ailleurs, il a été constaté que les personnes ayant consommé du curcuma avaient une humeur plus stable que ceux ayant consommé un placebo et qu’elles présentaient une formation moins importante de plaques bêta-amyloïde et tau dans le cerveau. Ces protéines étant caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Le curcuma peut-il permettre d’éviter la dépression?

C’est la nouvelle piste à laquelle s’intéressent les chercheurs. En effet, ce qui donne au curcuma ses propriétés si caractéristiques, c’est « sa capacité à réduire l’inflammation dans le cerveau ». Et ce sont ces mêmes inflammations qui sont caractéristiques à la fois de la maladie d’Alzheimer et de la dépression. D’autres études complémentaires devraient être lancées afin d’en savoir plus sur les propriétés de cette formidable épice.

 

 

Personnes âgées : comment éviter les carences alimentaires?

dimanche 21 janvier 2018

famille1

Surveiller la perte d’appétit pouvant entraîner une dénutrition

On parle de dénutrition dangereuse pour la santé lorsqu’une personne âgée ne mange plus suffisamment pour couvrir les besoins de son organisme. Dans ce cas de figure, celle-ci sera plus vulnérable aux maladies infectieuses ou à l’aggravation d’une maladie chronique. La dénutrition provoque une fonte musculaire qui entraîne un risque de chutes. Elle aggrave également l’état de santé des personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires ou neuro-dégénératives comme la maladie d’Alzheimer. Car, loin de baisser avec l’âge, les besoins énergétiques augmentent pour compenser la faiblesse de leur métabolisme.

Dénutrition : Les signes alarmants

Surveiller son poids tous les mois est très important. En effet, une perte de poids de 5% en un mois ou de 10% en 6 mois traduit une dénutrition. Dès l’amorce d’un amaigrissement de cet ordre, il faut s’en inquiéter. Par ailleurs, il ne faut pas non plus négliger le problème de la déshydratation. En effet, ressentant beaucoup moins le besoin de boire, une personne âgée court un grand risque de déshydratation.

Eviter la déshydratation chez les âgés

Boire de l’eau en quantité suffisante est indispensable pour assurer l’élimination des déchets par les reins et le transit intestinal. C’est la raison pour laquelle, il est très important de surveiller l’apparition éventuelle des symptômes typiques d’une déshydratation. A savoir : Bouche très sèche, peau qui se fripe, constipation, diarrhée ou vomissements, fatigue importante et urines très colorées. Si vous remarquez ces symptômes chez vous ou chez votre proche, alertez sans tarder votre médecin !

Boire en quantité suffisante

Pour éviter la déshydratation, il est recommandé de boire environ un litre d’eau pendant les repas mais aussi en dehors des repas. Vous pouvez boire de l’eau pure plate ou gazeuse, des jus de fruit ou consommer des potages et bouillons de légumes, notamment en cas de forte chaleur, car la transpiration fait perdre de l’eau et du sel. Vous pouvez également boire du lait, du thé ou des tisanes. Attention : La prise de certains médicaments comme les diurétiques ou les neuroleptiques peut augmenter les pertes d’eau.

Et si vous adoptiez un animal de compagnie?

jeudi 11 janvier 2018

Senior man with catOn parle souvent les bienfaits des animaux au quotidien avec la zoothérapie. Toutefois, avoir un animal de compagnie à la maison s’avère être source de nombreux bénéfices. Encore faut-il savoir choisir l’animal le plus approprié, et l’accueillir dans des conditions optimales.
Voici quelques astuces pour éviter les erreurs :

Bien choisir son animal de compagnie

Choisissez un animal qui correspond à votre personnalité et votre disponibilité. En effet, il convient de ne pas choisir votre futur chien ou chat au hasard ou sur un simple coup de cœur, qui pourrait s’avérer égoïste. Il doit en effet être en accord avec votre rythme de vie. « Par exemple, pour un chien, il faut définir la taille. Selon Stéphane Lamart président de l’association éponyme spécialisée dans la protection animale : « Si vous êtes sportif, il est intéressant de prendre un Jack Russel car il aime courir. Un Carlin sera moins adapté ». Il en est de même si vous avez des difficultés à vous déplacer. Dans ce cas là, vous ferez mieux de choisir un animal adulte : « L’animal adulte n’est plus en période de crise d’adolescence comme les plus jeunes. Ces derniers veulent jouer avec tout et peuvent faire beaucoup de bêtises, alors qu’un animal plus âgé est plus posé », continue-t-il.

Si vous recevez régulièrement vos petits-enfants en bas âge

Il faut également savoir que certains animaux sont de nature « jalouse » donc si vous avez des petits enfants qui viennent souvent vous voir, faites attention à ne pas choisir un animal réputé
jaloux à l’instar du Jack Russel. Le Golden Retriever sera plus approprié. Par ailleurs, sachez que certains animaux n’aiment pas être seuls. Par exemple, le chat étant indépendant, il est possible de le laisser seul durant la journée. Par contre, si vous optez pour un chien, il faudra peut-être être plus présent. Par ailleurs, avant d’adopter un animal de compagnie, il faudra également vous inquiéter des éventuelles solutions de garde lorsque vous devrez partir en vacances ou si vous rencontrez un imprévu.

Calculez bien votre budget

Un animal ça coûte également cher en entretien. Il faut donc avoir les moyens de subvenir à ses besoins. Effectivement, il faut compter environ 1 500 euros par an pour un chien pour les frais de vétérinaire, les vaccins, le vermifuge, l’alimentation, les jouets, l’assurance. Pour un chat, le prix est moins élevé, mais représente tout de même une somme pouvant aller jusqu’à 800 euros, notamment pour la première année avec la stérilisation.

 

Personnes âgées : Prévoir la fin de vie en désignant une personne de confiance

jeudi 4 janvier 2018

nl1 resizeeIl est conseillé aux personnes très âgées de désigner une ou plusieurs personnes de confiance surtout avant, pendant ou après une hospitalisation. Depuis la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, il est également possible d’en désigner une  avant l’entrée en EHPAD.

Il est possible de désigner une personne de confiance dans les cas suivants :

  • si vous êtes hospitalisé et que vous désirez être accompagné dans les décisions à prendre concernant votre santé.
  • si vous  partez résider dans un Ehpad ou autre établissement pour personnes âgées
  • Si vous devez faire  appel à un service d’aide à domicile ou de soins infirmiers et que vous souhaitez être aidé dans vos démarches.

Le rôle de la personne de confiance

Concernant les actes médicaux, la personne de confiance que vous aurez désignée pourra assister, avec votre accord, aux rendez-vous médicaux et être consultée par les médecins dans le cas où vous ne seriez pas en mesure d’exprimer vous-même votre volonté.

Concernant l’entrée en établissement pour personnes âgées ou le maintien à domicile avec l’aide d’un service médico-social, la personne de confiance pourra vous accompagner dans vos démarches et vous aider à prendre vos décisions.

Un relais entre vous et l’équipe médicale

Cela signifie que l’équipe médicale consultera en priorité votre personne de confiance dans le cas où votre état de santé ne vous permettrait pas de faire part de vos décisions. Son rôle sera particulièrement important pour les personnes en fin de vie. En effet, dans ces circonstances, ce sera la personne de confiance qui transmettra vos volontés et en particulier les directives anticipées que vous lui aurez confiées.Dans le cas où la personne âgée est toujours en possession de ses facultés mentales, l’avis de la personne de confiance est en principe uniquement consultatif.
A savoir : La personne de confiance n’a pas accès à votre dossier médical. Vous pouvez donc spécifier que vous souhaitez que certaines informations confidentielles ne lui soient pas dévoilées.

Qui désigner comme personne de confiance?

Dans tous les cas de figure, la personne de confiance que vous désignerez doit être un proche, un conjoint, un enfant ou un ami.
A savoir: La personne de confiance peut aussi être votre médecin traitant.