Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour juin 2017

Seniors : et si vous partiez en croisière ?

jeudi 29 juin 2017

croisière seniorsA la retraite, le temps est enfin venu de profiter de la vie ! Plus de réveils forcés pour aller au boulot, plus d’enfants à la maison…C’est le moment de partir à la découverte du monde et pour cela, rien de mieux qu’une croisière ! Imaginez cela : Pendant quelques jours, vous vivrez sur un hôtel flottant qui vous transportera toutes les nuits vers une toute nouvelle destination que vous découvrirez au matin ! Une bien belle façon de voyager et d’occuper sa retraite en faisant enfin de beaux voyages.

Les croisières : les vacances préférées des seniors

Très prisées par les seniors, les croisières commencent toutefois à se démocratiser. En effet, les croisières ne sont plus seulement  l’apanage des personnes âgées. De plus en plus de familles décident chaque année de faire vivre de merveilleuses vacances à leur progéniture en l’emmenant en croisière. Souvent, les bateaux proposent des activités adaptées aux enfants : mini-club, salle de jeux, piscine et parfois mur d’escalade ! Tout est fait pour faciliter la vie des parents et des grands-parents ! Si vous êtes seul(e), n’hésitez pas à partir, vous ferez de belles rencontres. C’est bien connu: une croisière, c’est très romantique!

Choisir un itinéraire culturel

Bien sûr, les croisiéristes proposent souvent des itinéraires touristiques incontournables comme les îles Canaries, la Grèce ou les Caraïbes mais il existe également des possibilités d’itinéraires plus originaux pour les seniors férus de culture ancienne. Vous pourrez ainsi visiter les ruines athéniennes, les plus beaux sites architecturaux de Rome ou bien les anciens fiefs croates. Pour les seniors plus « pantouflards », nulle besoin de partir très loin ! Il vous suffit de choisir une croisière fluviale qui vous permettra de vous détendre en descendant le Danube ou le Rhin !

L’isolement des personnes âgées, une réelle problématique

mercredi 21 juin 2017

isolement personnes âgéesSi la canicule de l’été 2003 a été un véritable choc en ce qui concerne la problématique de l’isolement, plus de 5 millions de Français étaient encore en situation d’isolement en 2016. S’il a éveillé les mentalités, ce choc n’a donc pas empêché l’augmentation du nombre de Français considérés comme « seuls » au quotidien, puisque parmi eux on dénombre 4 millions de personnes âgées de plus de 60 ans.

La solitude ou l’affaiblissement des réseaux sociaux personnels

La solitude des personnes âgées est d’autant plus fréquente qu’il existe aujourd’hui un affaiblissement des cinq réseaux sociaux personnels (familial, professionnel, amical, affinitaire et territorial) selon la Fondation de France( juin 2012). Paradoxalement, cet affaiblissement des réseaux sociaux se ressent encore plus dans les grandes villes.

Les facteurs aggravants de l’isolement des âgés

L’isolement est souvent lié à la période de dépendance mais il existe d’autres facteurs aggravants de l’isolement (perte d’un être cher, problèmes de santé, manque d’estime de soi, éloignement familial…). Même si cela peut être un « isolement choisi » pour certains selon Vincent Lapierre, souvent par peur d’être vu comme tel, l’isolement des personnes âgées est subi. Il leur est donc d’autant plus difficile de se réintégrer dans les sphères sociales surtout à cause du phénomène de la procrastination.

Le recours aux organismes de placement

Les organismes de placement sont le plus souvent appelés dans les situations d’urgence, toutefois le mieux est d’anticiper l’isolement et la perte d’autonomie d’un proche.
Le maintien à domicile est souvent privilégié par les familles. Mais avec la dépendance, l’isolement augmente souvent et il est nécessaire d’avoir une vraie stimulation sociale différente de celle des aidants fréquentés par les personnes âgées. Cette problématique est souvent résolue avec l’entrée en maison de retraite.

Personnes âgées : comment les protéger de la chaleur?

jeudi 15 juin 2017

caniculeseniorPour se protéger de la chaleur, il faut bien évidemment suivre les recommandations de base comme éviter de sortir et de pratiquer des activités d’extérieur aux heures où le soleil tape le plus fort, porter des vêtements légers de couleur claire et se protéger systématiquement la tête lors des sorties. Prendre des douches fréquentes peut également empêcher une personne âgée ou fragilisée, d’avoir un coup de chaud. Néanmoins, il existe d’autres recommandations qui valent le coup d’être suivies.

Les pièges à éviter

Attention également à ne pas abuser des ventilateurs. En effet,  selon, une étude d’un cardiologue américain, le docteur Craig Crandall l’usage du ventilateur en cas de température élevée n’aide pas à se rafraichir.
Bien au contraire, le ventilateur a plutôt tendance à entraîner une hausse de la température corporelle et une accélération du rythme cardiaque chez les  personnes âgées de plus de 60 ans.
Autre point sur lequel il faut être vigilant : la surhydratation. En effet, celle-ci  peut également  être néfaste. C’est la raison pour laquelle il  vaut mieux limiter les apports d’eau et de liquides à 1,5 litre par jour et surtout penser à utiliser des brumisateurs pour le côté rafraichissant instantané.

L’important : S’informer

En étant prévenus des prévisions climatiques, vous pourrez vous protéger, vous ou vos proches en évitant de sortir aux heures les plus chaudes de la journée et ainsi prévoir vos sorties en fonctions des journées les plus supportables.  Pour être bien informés, faites appel aux services de Météo France qui met à disposition sur son site une carte de vigilance actualisée au moins deux fois par jour.

Ne restez pas isolés

Depuis la canicule dévastatrice de l’été 2003, les services sociaux ont pris conscience des dangers de l’isolement. En effet, il s’agit d’un facteur de risque aggravant. Pour preuve, parmi les 15 000 décès recensés à l’époque, plus de 91% concernaient les plus de 65 ans et 35 % sont survenus à domicile, en grande majorité chez des personnes vivant seules. C’est ce qui a souligné l’importance pour les personnes âgées de rester en contact avec leurs proches, leurs connaissances, leurs voisins ou même leur médecin. 

Signalez-vous auprès de votre mairie

Dans le cas de personnes âgées isolées n’ayant pas de proches avec qui rester en contact, la mairie a mis au point un système leur permettant de se signaler auprès de leurs services. Pour ce faire, la personne âgée ou son aidant devra contacter le CCAS de son département. Une fois signalée, la personne âgée désignée comme fragile, pourra bénéficier  d’interventions éventuelles de la part des services sanitaires et sociaux.

 

L’anxiété gériatrique et les TOC

dimanche 4 juin 2017

maison de retraiteSelon le laboratoire d’études sur l’anxiété gériatrique (http://www.laboleader.ca) : » Les résultats d’études scientifiques indiquent qu’entre 5,6 % et 14,5 % des personnes âgées souffrent d’un trouble anxieux « . Parmi ces troubles, on note parfois l’apparition de troubles obsessionnels-compulsifs (TOC). Par exemple, une personne  âgée qui craint les cambriolages prendra  30 minutes à vérifier si sa porte est bel et bien verrouillée lorsqu’elle quittera son domicile.

Troubles obsessionnels compulsifs (TOC): approche psychanalytique

Autrefois et notamment avec Freud, on avait avancé une explication psychanalytique aux troubles obsessionnels compulsifs, à savoir une névrose datant de l’enfance et plus précisément une fixation datant du stade  anal. Cette névrose qui serait conçue autour des mécanismes psychiques de l’individu ne correspond pas aujourd’hui à tous les cas de patients. On a donc plus ou moins abandonné cette explication. D’ailleurs, les thérapies de type psychanalytique ne marchent pas dans le cas des TOCs. On ne peut donc pas généraliser cette théorie. Selon les médecins d’aujourd’hui, les TOCs apparaîtraient plutôt chez des personnes anxieuses avec des phobies associées.

TOCs : les traitements

La maladie obsessionnelle se soigne plutôt bien même si ce n’est pas toujours facile car les traitements sont plutôt longs. On obtient de bons résultats dans environ 70% des cas selon les personnes traitées. Il existe deux types de traitements: les traitements médicamenteux et les traitements de type psychothérapie ou plus exactement de psychothérapie comportementale. Les médicaments prescrits sont certains antidépresseurs qui agissent sur la sérotonine, un des neurotransmetteurs impliqués dans les troubles obsessionnels. Ces antidépresseurs sont également des médicaments « antiobsessionnels ». Ces médicaments mettent environ un mois à agir. Ces traitements sont donnés sous étroite surveillance afin d’en minimiser les effets secondaires.

TOCs et Thérapie comportementale et cognitive ( La TCC)

Selon le Pr. Antoine Pelissolo, la thérapie comportementale et cognitive ( La TCC) est la plus efficace pour traiter les troubles obsessionnels compulsifs. En effet, la partie comportementale consiste à essayer de contrôler les rituels et la partie cognitive consiste à apprendre à réfléchir d’une autre manière. Cette thérapie est une sorte d’application pratique très empirique. Cette méthode basée sur la compréhension du trouble et de la dépendance aux rituels, permet de briser le cercle vicieux des TOCs grâce à un véritable apprentissage. Cette thérapie vient souvent en soutien du traitement médicamenteux. Elle donne des résultats après 6 mois voire une année.