Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour mai 2017

Les maladies valvulaires chez les seniors

jeudi 25 mai 2017

Dans une interview donnée à Live Doctors, chaîne médicale sponsorisée par Retraite Plus, le Dr James Uzan, spécialiste des maladies valvulaires, chef de cardiologie clinique à l’hôpital Hadassah de Jerusalem, nous décrit le fonctionnement des maladies valvulaires.

Le rétrécissement de la valve aortique

Sujet extrêmement important pour plusieurs raisons mais surtout car il affecte la population vieillissante. En effet, Le cœur est constitué de  quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules. Chaque oreillette est reliée au ventricule par des valves et on observe souvent un  rétrécissement de la valve aortique chez la personne âgée. Cette valve étant celle qui fait communiquer le ventricule gauche et l’aorte. Avec  l’âge cette valve se calcifie et ne s’ouvre plus complètement. C’est ce qui cause ce rétrécissement de la valve aortique, première maladie valvulaire touchant les personnes âgées.

L’insuffisance de la valve mitrale

Il existe une seconde maladie valvulaire appelée : insuffisance de la valve mitrale. La valve mitrale est en quelque sorte la porte entre le ventricule gauche et l’oreillette gauche. Au fil des années cette valve sera beaucoup moins compétente donc le sang va repartir du ventricule gauche à l oreillette gauche. Il y a également une troisième maladie : le rétrécissement mitral mais il s’agit d’une maladie beaucoup moins fréquente parfois congénitale et souvent secondaire à une maladie rhumatismale.

Les maladies valvulaires : Les causes

La cause première de ces maladies est le vieillissement, la calcification calcaire qui va gêner le fonctionnement de ces valves. Celles-ci peuvent également être endommagées par un problème infectieux, c’est ce qu’on appelle une endocardite. Il existe une troisième cause qui tend à se raréfier : les maladies dites rhumatismales acquises dans l’enfance comme le rhumatisme articulaire aigu. Pratiquement éradiquée aujourd’hui, cette maladie existe toutefois encore dans certains pays d’Afrique.

Les maladies coronariennes chez les personnes âgées

jeudi 18 mai 2017

edito1L’infarctus du myocarde concerne principalement les personnes âgées de 65 à 85 ans. il s’agit de la maladie coronarienne la plus connue. Toutefois, il en existe d’autres pouvant affecter les personnes âgées comme les jeunes actifs.

Des dysfonctionnements au niveau de l’artère coronaire

L’artère coronaire principale est la gauche car elle naît de l’aorte. En effet, un rétrécissement de la coronaire gauche peut entraîner une mort subite. L’artère coronaire droite est moins importante et est plus difficile à diagnostiquer. Elle est proche de l’estomac ainsi les symptômes seront gastriques.

Les traitements médicamenteux pour les maladies coronariennes

Selon le docteur Elisha James Ouzan, chef de service de l’unité de cardiologie de l’hôpital Hadassah de Jérusalem, le meilleur traitement pour les maladies coronariennes, c’ est la prévention. Pour lui, les cardiologues et les médecins généralistes, devraient insister sur les règles hygièno-diététiques à respecter et ainsi lutter contre les facteurs de risques des maladies coronariennes comme le diabète, l’hypertension artérielle, le tabac et le manque d’exercice physique. Il leur est également possible de prescrire des médicaments couramment utilisés  comme l’aspirine, les bêtabloqueurs et les médicaments contre l’hypercholestérolémie.

La dépression : une maladie insidieuse

mercredi 10 mai 2017

Il existe diverses approches et variations culturelles de la dépression. En effet, bien qu’il existe un tronc commun de signes cliniques, l’expression dépression varie d’une culture à une autre.

La dépression: les différentes approches

D’après le Docteur Ferreri, auteur de plusieurs livres sur la dépression dont le livre intitulé “régime anti-déprime”, la dépression est définie différemment selon les pays. Dans certains pays, la dépression est définie par le repli et l’isolement dans d’autres, plus par l’agitation. Les approches de la maladie sont également différentes, entre les États-Unis et l’Europe. Les Américains, eux, ne font pas d’hypothèses, ils relèvent un certain nombre de signes puis expliquent au patient qu’il fait une dépression. Les Européens eux, ont plus tendance à chercher la cause de la dépression et à essayer de trouver comment le patient en est arrivé à cette situation.

Seuls 50% des patients déprimés reçoivent le traitement adapté

Cette information troublante incite à réfléchir et à réagir rapidement face à des symptômes caractéristiques d’une dépression.Effectivement, il est nécessaire de traiter rapidement la dépression sinon elle risque de durer entre six mois et un an. Lorsque l’on met un traitement en place et que la personne est répondeuse on peut observer une amélioration au bout de quinze jours et une vraie rémission après environ trois mois. Toutefois, même si la personne se sent bien, elle n’est pas guérie. Il est donc important de poursuivre le traitement durant six mois afin d’éviter une rechute. En fait, une personne ayant fait une dépression, a 50% de risques de refaire une dépression dans les deux ans qui suivent, et 75% dans sa vie.

L’ entourage peut aider en soutenant et en déculpabilisant

En effet, le problème de la dépression nécessite une prise de conscience collective. Même s’il existe des campagnes de sensibilisation auprès du grand public. L’intérêt de tous est de faire connaitre la dépression comme une maladie à part entière afin de lutter contre la stigmatisation que cela représente d’être atteint d’un trouble psychique. En ce qui concerne les proches de personnes à risques ou de seniors isolés, la vigilance est de mise! Dans un cas où la personne a déjà fait une dépression il est plus facile de repérer les signes. En effet, souvent les signes sont les mêmes que pour la première. Une rumination sur un thème particulier peut alerter d’une récidive dépressive. Il est essentiel de parler avec la personne dépressive de ses idées noires afin de la soutenir et voire d’enrayer un éventuel scénario suicidaire en cours.

80% des cancers du sein sont diagnostiqués chez les seniors

jeudi 4 mai 2017

téléchargement (8)Première cause de mortalité féminine, le cancer du sein frappe chaque année un million de femmes dans le monde et 54 000 femmes en France.  en grande majorité (80%) des femmes de plus de 50 ans.

Un taux de guérison élevé(  87% de survie à 5 ans)

Le taux de survie à 5 ans du cancer du sein est de 95% lorsque le cancer est traité à un stade précoce mais il faut savoir qu’il est seulement de 25% lorsque celui-ci en est au stade métastatique. C’est la raison pour laquelle médecins et professionnels de santé insistent sur l’importance du dépistage précoce. En effet, celui-ci peut faire la différence en termes de guérison. le dépistage précoce est d’autant plus important si la personne a des antécédents personnels du cancer du sein ou connait l’existence d’une forme héréditaire de cancer du sein dans sa famille.

 Les outils de diagnostic du cancer du sein

Tout d’abord, il y a l’examen clinique qui permet de détecter une grosseur ou des modifications au niveau du sein ensuite. La mammographie elle, permet de livrer plus d’informations et de révéler les petites tumeurs. Si une anomalie est identifiée lors de ces examens, il faudra effectuer un prélèvement (cytoponction ou biopsie) pour l’analyser au microscope. C’est l’examen anatomopathologique du tissu prélevé qui permet d’évaluer le type de cancer et son grade.

Définition et classification des cancers du sein

Les différents types de cancers du sein: On définit deux grands types :

-Le carcinome in-situ : Les cellules cancéreuses prolifèrent à l’intérieur d’un canal (intracanalaire) ou plus rarement d’un lobule (intralobuaire).

-Le carcinome infiltrant : Le cancer envahit le reste du sein. Il peut provenir des canaux (canalaire infiltrant) ou des lobules (lobulaire infiltrant).

Les familles de cancer du sein :

On en définit trois familles :

  • Les cancers du sein Hormono-sensibles : avec présence de récepteurs hormonaux
  • Les cancers à gène HER2 : avec présence d’une quantité plus marquée du gène HER2.
  • Les cancers triple négatif : qui sont non HER2 et qui n’ont aucun récepteur des œstrogènes ni de la progestérone.

Les différents stades et les grades du cancer du sein

Trois critères permettent d’évaluer l’étendue d’un cancer du sein. La taille et l’infiltration de la tumeur, l’atteinte des ganglions lymphatiques et la présence de métastases. Quant au grade du cancer, il est évalué en fonction de trois critères : l’apparence des cellules, la forme de leur noyau et le nombre de cellules en division. Selon le stade et le grade de chaque cancer, les médecins décideront d’un traitement adapté ; chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie…

(Sources : http://live-doctors.com/ )

Pour voir l’infographie complète, cliquez ici