Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour décembre 2016

Entrée en maison de retraite : les adresses utiles

mercredi 28 décembre 2016

images (2)Il existe de nombreuses aides mises en place par l’État destinées à financer la perte d’autonomie des personnes âgées et à participer aux frais d’hébergement en maison de retraite. Pour vous informer sur ces aides et sur les formalités à remplir pour pouvoir en bénéficier, il existe plusieurs organismes. En voici une petite liste :

  1. Le conseil départemental

    Il est en charge de l’aide à l’autonomie pour les personnes âgées vivant dans le département. On peut s’y adresser pour :

    • Faire une demande d’APA
    • Obtenir la liste des services d’aide à domicile autorisés
    • Obtenir la liste des structures d’hébergement pour personnes âgées
    • Obtenir la liste des accueillants familiaux
    www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/conseil-departemental

  2. Le CLIC ( Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique )

    Il s’agit d’un lieu d’accueil et d’orientation qui a pour but d’informer les personnes âgées et leurs proches, et de favoriser une collaboration entre les professionnels intervenant auprès des aînés. www.clic-info.personnes-agees.gouv.fr
  3. La CNSA ( Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie )

    Elle est chargée de financer les aides en faveur des personnes âgées en perte d’autonomie et des personnes handicapées et d’assurer une mission d’information et d’animation de réseau et du grand public. www.cnsa.fr

  4. L’organisme Retraite Plus

    Il informe et aide gratuitement les personnes âgées et leurs familles dans leur recherche de maison de retraite partout en France.
    www.retraiteplus.fr
    Numéro Vert : 0 805 69 66 31

Kompaï : un robot au service des personnes âgées

jeudi 22 décembre 2016

Green RobotLa santé connectée est en marche

Ce robot conçu par la société française Robosoft a pour ambition de restaurer de l’autonomie chez les personnes âgées ou dépendantes. Il fournit une assistance cognitive (emploi du temps, météo, médicaments à prendre, etc.) et physique, comme l’aide à la marche.Cet assistant familial connecté collecte des données (tension, difficulté à marcher, etc.) qui sont transmises au médecin. La Commercialisation de ce robot prévue courant 2017.

Nantes, ville pionnière de l’open data !

Les habitants de Nantes ont désormais accès à plus de 500 données différentes sur la ville entière. Des horaires d’ouverture des piscines aux places de stationnement en passant par les horaires de bus, l’utilisateur a accès aux données qu’il veut en temps réel ! Grâce à l’open data, la ville propose « Nantes dans ma poche », une application dédiée à la mobilité. Celle ci permettra de faciliter les transports pour les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite.

La santé mobile : un marché en plein essor

La m-santé ou santé mobile, c’est l’application des technologies de l’information et de la communication à l’ensemble des services en rapport avec la santé. Ces nouveaux outils permettent un accès en temps réel à un ensemble d’informations et de services de santé à travers une application mobile connectée à un réseau. Les professionnels de santé sont de plus en plus nombreux à avoir recours aux nouvelles technologies et souhaitent davantage encore d’interaction entre les différents services. 90% d’entre eux aimeraient avoir accès aux dossiers médicaux en ligne. Cette m-santé est appelée à se développer considérablement. Toutefois une véritable réglementation devra encadrer ce nouveau secteur.

 

 

Comparer les prix en maison de retraite, est-ce suffisant?

jeudi 15 décembre 2016

Grandmother and granddaughter.

Un simulateur permettant de calculer le reste à charge

Effectivement, avec le lancement de ce comparateur, le gouvernement vient de franchir un nouveau pas très appréciable dans l’information des familles sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). De plus, un autre service particulièrement utile a été également mis en place : il s’agit d’un simulateur permettant de calculer le reste à charge payé par les résidents. Le but recherché étant d’aider les familles à s’y retrouver dans des tarifs pas toujours très lisibles. Cette décision avait été prise il y a déjà quelques temps, par Laurence Rossignol, alors secrétaire d’Etat à la Famille et aux Personnes âgées. Ce comparateur de prix est accessible sur le site www.pour-les-personnes-agées.gouv.fr,

A défaut de pouvoir diminuer la facture des résidents

En effet, faute de pouvoir diminuer la facture des résidents, le gouvernement avait décidé de travailler sur la transparence de la tarification en EHPAD. Ce nouveau projet du gouvernement avait également pour but d’inciter certaines maisons de retraite privées à diminuer leurs tarifs, en faisant jouer la concurrence. De leur côté les directeurs d’EHPAD, s’étaient fortement opposés à la création de ce comparateur de prix. En effet, les directeurs comme les associations et organismes auraient également souhaité des indicateurs permettant de mesurer la qualité des services proposés.

Quels que soient les comparateurs de prix, le plus important, ce sont les aides financières pour aider les familles à payer le reste à charge en maison de retraite !

Actuellement, environ 600 000 personnes âgées en perte d’autonomie sont hébergées dans plus de 10 300 structures spécialisées (Maisons de retraite, EHPA, EHPAD) réparties sur tout le territoire français. Encore beaucoup trop cher pour un grand nombre de familles modestes, l’accès aux maisons de retraite devrait pouvoir s’élargir ! En effet, Le coût de cet hébergement est difficile à assumer pour la grande majorité des personnes âgées et leurs familles, la retraite mensuelle moyenne étant généralement inférieure au coût mensuel d’un séjour. Retraite Plus, organisme d’orientation en maison de retraite, a d’ailleurs publié un rapport qui dévoile les tarifs des maisons de retraite privées pour chaque région. Selon cette étude, il existe de fortes disparités entre les prix pratiqués dans les villes moyennes et ceux pratiqués dans les capitales régionales.
(Pour voir l’étude de Retraite Plus, cliquez ici)

Parkinson : vers un diagnostic précoce avec Bioshai

jeudi 8 décembre 2016

edito1Et si on pouvait diagnostiquer la maladie de Parkinson grâce à une prise de sang…

La société Bioshai vient de mettre au point un test de dépistage de la maladie de Parkinson, à l’aide d’une simple analyse de sang. Effectivement, grâce à ce dispositif, l’expression de cinq gènes marqueurs biologiques de la maladie de Parkinson peut être désormais mesurée dans les cellules sanguines. C’est l’analyse de ces mesures qui permet d’établir un diagnostic fiable, puisque les taux d’expression de ces cinq gènes sont très spécifiques aux malades atteints de cette maladie.

Traiter le Parkinson avant l’apparition des symptômes

La maladie de Parkinson est due à une dégénérescence des cellules nerveuses dans le cerveau et plus précisément dans une zone appelée la “substance noire”. C’est la mort de ces cellules qui va entraîner une baisse du niveau du neurotransmetteur dopamine. Ce déséquilibre de la dopamine entraîne ensuite les manifestations de la maladie, telles que les difficultés de mouvement.

Le diagnostic du Parkinson

Aujourd’hui le diagnostic de Parkinson se fait après l’apparition des premiers symptômes, et la maladie est confirmée avec une consultation clinique. Pourtant la maladie neurodégénérative commence largement avant l’apparition des symptômes. Il est donc aujourd’hui désormais possible,avec le test de Bioshai, de déceler la maladie avant l’apparition des premiers symptômes, et ainsi de commencer un traitement neuro protecteur avant que les dommages au niveau du cerveau, ne soient irréversibles. Grâce à ce test, il sera également possible de mesurer l’évolution de la maladie dans le temps.

Ce test sanguin est en cours d’essais cliniques, et la mise sur le marché est prévue dans le courant 2017.

(Source Live-Doctors.com)