Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour novembre 2016

Et si on pouvait détecter Alzheimer 10 ans avant?

mardi 29 novembre 2016

Portrait of a happy senior man smilingUn test sanguin dépiste la maladie d’Alzheimer  dix ans avant la déclaration des symptômes

C’est désormais possible grâce à la société Neuroquest qui vient de mettre au point un test sanguin qui détecte la maladie d’Alzheimer avant que les symptômes n’apparaissent. Il faut savoir qu’à ce jour, la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée suite à des dysfonctions cognitives observées chez le patient. Ce n’est qu’ensuite que le diagnostic est confirmé par l’observation d’une accumulation de plaques de la protéine bêta amyloïde dans le cerveau. Cette détection se fait par imagerie TEP, une technique de diagnostic qui intervient tardivement dans le développement de la maladie.

Grace au test Neuroquest, la maladie est détectée plus de dix ans avant l’apparition des premiers symptômes

Ce test sanguin est beaucoup moins cher, plus accessible et plus facilement réalisable que le diagnostic TEP. Il repère dans le sang, des composants du systèmes immunitaires qui indiquent que le cerveau ne reçoit pas les défenses immunitaires dont il a besoin pour lutter contre la maladie d’Alzheimer.Et puisque la maladie est diagnostiquée plus de dix ans avant le début des symptômes, cela permet un traitement préventif de la maladie d’Alzheimer. Ce test sanguin est actuellement en phase d’essais cliniques. Sa mise sur le marché est prévue pour 2019.

Source: Live-doctors.com, site médical sponsorisé par Retraite Plus.

Les bienfaits du bénévolat chez les seniors

jeudi 24 novembre 2016

senior woman with home caregiver

Faire du bénévolat apporte beaucoup de satisfaction et c’est encore plus le cas lorsqu’on est à la retraite et qu’on dispose de plus de temps libre. Utiliser ce temps pour œuvrer à quelque chose de plus grand que soi et surtout à apprendre à s’ouvrir aux autres, est très gratifiant. Le bénévolat apporte beaucoup : Belles rencontres, nouvelles compétences, nouveaux univers qui permettent de sortir de la routine de la vie de tous les jours et de s’ouvrir vers l’extérieur. Le bénévolat permet de faire preuve de solidarité et d’aider les plus démunis, par un simple sourire, un repas chaud, ou une oreille attentive. Être bénévole permet également de sentir utile et de rebooster son estime de soi dans les meilleures conditions.

Une nouvelle opération de l’organisme Retraite Plus

Un tiers des Français sont déjà bénévoles. Plus de 11 millions d’entre eux sont engagés au sein d’associations. La solidarité est donc une vraie valeur qu’il convient d’encourager surtout en cette période de grand froid, pendant laquelle les personnes âgées isolées ont besoin de la mobilisation de chacun.

Une interface de bénévolat pour faire le lien entre les personnes âgées isolées et les bénévoles

C’est ce que propose le groupe Retraite Plus. En effet, depuis des années, Retraite Plus, organisme d’orientation en maison de retraite, se soucie du bien être des aînés et pour encourager les bonnes volontés et donner à tous l’opportunité de faire preuve de solidarité, Retraite Plus met à disposition sa plateforme d’entraide pour que bénévoles et personnes âgées puissent se retrouver sur un espace commun. Ce forum est disponible pour des demandes d’aide de la part de personnes âgées et pour des offres de services de la part de bénévoles.
Il est possible, à partir de cette plateforme, de se porter volontaire pour apporter un repas chaud à une personne âgée isolée, lui rendre visite dans sa maison de retraite avec une petite attention, l’aider dans son quotidien en proposant de lui faire des courses ou de passer à la pharmacie, ou bien tout simplement lui téléphoner régulièrement pour converser avec elle et vérifier par la même occasion son état de santé…

Pour participer à l’opération, rendez-vous sur : http://www.retraiteplus.fr/benevoles

Parkinson : Quelles aides financières?

jeudi 17 novembre 2016

shutterstock_32395567Avoir à sa charge, un proche atteint de la maladie de Parkinson est une épreuve difficile à tous les niveaux.  Physiquement et psychologiquement, la résistance de l’aidant est, tous les jours, mise à l’épreuve.

Des aides financières disponibles

Heureusement, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent bénéficier de plusieurs aides financières spécifiques allouées aux personnes reconnues comme souffrant d’un handicap.

  • l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés), est une allocation de solidarité visant à garantir aux personnes handicapées âgées de plus de 20 ans, un minimum de ressources. Elle s’adresse également aux personnes âgées dépassant un certain niveau de handicap. Financée par l’État, versée par les CAF ou les Caisses de Mutualité Sociale Agricole, elle est accordée sur décision de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), liée aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).
  • l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), Principale allocation versée aux personnes âgées reconnues comme dépendantes, l’APA est accordée pour une durée illimitée.
  • Un ensemble de dispositions fiscales
  • Des aides ponctuelles, versées pour financer un aménagement du domicile.

Une prise en charge complète par l’assurance maladie

En effet, la maladie de Parkinson a été classé dans les Affections Longue durée par la Haute Autorité de Santé. Comme 29 autres maladies chroniques, la maladie de Parkinson bénéficie d’une prise en charge à 100% par la sécurité sociale. Cette prise en charge concerne autant les soins que les médicaments, les traitements et les examens. Il est également possible de bénéficier de la prise en charge d’actes comme la kinésithérapie, l’orthophonie et les services d’infirmiers à domicile. Pour cela, il faudra d’abord obtenir un accord préalable du médecin conseil de la caisse d’assurance maladie.

(Source : France Parkinson)

 

La Maladie d’Alzheimer: Prévalence et facteurs de risque

mercredi 9 novembre 2016

Maladie d’Alzheimer : définition 

Aujourd’hui, tout le monde parle de la maladie d’Alzheimer mais peu de gens connaissent la définition exacte de  cette maladie.
La maladie d’Alzheimer est avant tout une dégénérescence des cellules du cerveau. En effet, les cellules du cerveau dégénèrent petit à petit. Cette dégénérescence des cellules démarre dans une région appelée hippocampe  puis se propage dans tout le cerveau. Quand elle se limite à l’hippocampe, cette dégénérescence entraîne des troubles de la mémoire. Si elle se propage au reste du cerveau, elle entraîne des troubles cognitifs : troubles du langage, du raisonnement, de la planification…

Cette maladie n’est pas une conséquence normale du vieillissement

En fait, il s’agit d’un vieillissement pathologique. La maladie d’Alzheimer est une maladie à part entière qui touche plus particulièrement les personnes âgées. Elle appartient au groupe des démences. En effet, la maladie d’Alzheimer représente 60% de l’ensemble des démences observées.

Quelle est la prévalence de la maladie d’Alzheimer ?

A ce jour, en France, il existe 980 000 cas de maladies d’Alzheimer et dans le monde 47 millions de patients. Cette terrible maladie  touche 5% des + 65 ans et 15 a 20% des plus de 85 ans. Ce qui est très conséquent. Par ailleurs, après 80 ans, on observe une prévalence de la maladie chez les femmes.

Seniors : attention aux dangers du froid!

jeudi 3 novembre 2016

Protégez votre aîné pendant la période hivernale

A priori il n’y aurait aucun problème à laisser une personne âgée passer l’hiver seule à son domicile. Pourtant, tout est une question d’appréciation de la situation. Il est des cas pour lesquels la personne âgée est très sérieusement exposée à des risques d’hypothermie en raison d’un manque de chauffage, soit par manque de moyens, soit à cause de l’altération de ses facultés mentales qui l’empêche de réagir correctement face au grand froid. Il faut également prendre en compte l’état psychologique de la personne âgée concernée. En effet, une personne âgée quelque peu dépressive pourrait y voir une occasion de se laisser aller. Dans ces situations, l’orientation en séjour temporaire en maison de retraite, semble tout à fait indiquée.

Seniors : une vigilance accrue en cas de grand froid

Avant toute chose, il faut préparer son intérieur en s’équipant de matériel comme un chauffage d’appoint, des couvertures et surtout de la nourriture ne nécessitant pas de préparation ainsi que de l’eau minérale. Tout ceci pour anticiper une éventuelle coupure d’électricité ou gel des canalisations.
Il faudra également vérifier l’état du chauffage car les intoxications au monoxyde de carbone constituent un des grands risques de l’hiver.

Limitez les sorties au froid

En cas de grand froid, expliquez à votre proche qu’il doit limiter ses sorties pour ne pas tomber malade. Les sorties devront être limitées dans le temps et effectuées quand la personne âgée est bien couverte et équipée de chaussures anti-glisse. Effectivement, une chute à cet âge peut entraîner fractures et immobilisation.
En ce qui concerne les trajets en voiture, attention aux jours de pluie où la visibilité n’est pas très bonne surtout pour une personne âgée.
A domicile, il est important que votre proche reste connecté pour être régulièrement informé de l’évolution de la météo et des recommandations des pouvoirs publics.