Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour septembre 2015

Et si la mémoire était un muscle?

jeudi 17 septembre 2015

Full isolated portrait of a senior woman with headache

On peut le dire en ce sens que la mémoire se travaille comme un muscle. En effet, selon le  Dr Catherine Thomas-Anterion, Neurologue, Docteur en neuropsychologie, chercheur et membre du Comité scientifique de France Alzheimer : « Pour booster notre cerveau, certaines conditions doivent être réunies, comme cela est démontré chez les étudiants : bien dormir, être concentré, motivé, curieux, pratiquer une activité physique, des activités sociales, éliminer le stress, etc. L’ensemble de ces facteurs stimule la fonction autour du ‘muscle’, à savoir l’énergie qui arrive au cerveau. Ensuite, on peut « muscler » notre cerveau grâce au mécanisme de répétition. »

La mémoire doit avoir des carburants : l’éveil et l’intérêt

C’est ce que précise le  Dr Catherine Thomas-Anterion. Il ne suffit pas d’entraîner sa mémoire de façon robotisée et mécanique. Il faut plutôt choisir plusieurs centres d’intérêt et activités stimulantes afin que notre cerveau soit stimulé. La diversité des activités pratiquées joue donc un rôle très important dans l’amélioration de la cognition.

« Plus on travaille, plus on apprend »

C’est ce que nous explique la neurologue qui précise tout de même : par le travail et la répétition, on apprend mais on améliore ses connaissances dans un seul domaine hyper-spécifique et pas spécialement dans tous les autres. Néanmoins, il a été prouvé que si faire travailler son cerveau n’empêche pas à coup sûr la survenue de la maladie d’Alzheimer, cela la retarde certainement de plusieurs années.