Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Courts-métrages visionnés à la maison de retraite

Les web-fictions se consomment au bistrot

Après les troquets rétro et les cafés philo, voilà les bistrots projo. Des bars qui, par désir d’animation culturelle couplé à la volonté d’attirer la clientèle les jours creux, organisent la diffusion sur écran de courts métrages produits hors des circuits traditionnels et de microfictions postées sur Internet.

Le 4 février, au Lou Pascalou, célèbre zinc du quartier parisien de Ménilmontant, l’association Le Film pur, destinée à promouvoir le cinéma indépendant, organisait, comme chaque premier mercredi du mois, « Les courts du Lou ». L’occasion, ce soir-là, de découvrir l’excellent L’Ile aux fleurs, de Jorge Furtado (23 000 visionnages sur Dailymotion), ou le rigolo Carte de voeux, d’Anthony Gandais (déjà vu par 21 000 internautes). Ces séances d’une heure environ rassemblent entre 40 et 70 spectateurs.

D’abord ouverte aux créations des habitants du quartier et à ses petites sociétés de production, la programmation s’est élargie aux courts métrages issus du Web et s’est structurée autour de cartes blanches. Des opus inventifs, critiques, tranchant « avec ce qu’on voit à la télé. Les gens nous envoient leurs films, les soumettent sur notre site ou les déposent au bar », raconte Jean-Christophe Meunier à la tête de Film pur.

Consommer en commun à la Jungle du Net

L’été, l’association tend un écran sur la façade de la maison de retraite pour les clients en terrasse. Diplômé d’une école de cinéma, auteur d’une collection de films d’une minute (www.taistoidonc.com), par ailleurs documentariste au long, François Grandjacques se réjouit de ce genre d’initiatives de proximité. Idem pour David Martin et Marie Opron, étudiants aux Arts déco. « Au moins, ici, ça ne s’adresse pas à des spécialistes ou à et des festivaliers underground. » Réalisé avec des lycéens et l’aide du ministère de l’agriculture, leur court métrage d’animation Accro a bénéficié d’une projection au Lou Pascalou après avoir été repéré sur la page d’accueil de Dailymotion.

Des zincs comme le French K. Wa, dans le 20e arrondissement (projection le 15 février), et Le Café de Paris, rue Oberkampf dans le 11e, proposent régulièrement ce type de soirées gratuites, hors consommation. Le réseau du site www.cineaste.org informe les créateurs des opportunités et le public partage ses impressions autour d’un verre.

« On y consomme en commun la jungle du Net, sous des houlettes subjectives mais sensées. Les retours semblent confirmer que ces soirées répondent à une attente, qu’on y fait des découvertes… Par ailleurs, le système des playlists proposé par Dailymotion est une avancée simple et majeure : chacun chez soi peut réinventer le cinéma sans auteur, la création sans démiurge, la jouissance sans carotte », estime le vidéaste Charly Dupuis qui, avec Ben Choisnard, propose depuis deux ans des films engagés (www.trucadire.com). Le 4 mars, « Les courts du Lou » fêteront leurs trois ans, avec un florilège des meilleurs films.

 

Source: Le Monde

Le commentaires sont fermés.