Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour la catégorie ‘santé seniors’

Démence et alcoolisme? Y a t-il un lien?

lundi 21 mai 2018

Fotolia_4427019_ML’alcoolisme, tout comme l’usage de drogues illicites, a un terrible impact sur la mémoire et les capacités de concentration. Le recours à des cures de désintoxication est donc absolument nécessaire pour éviter l’apparition d’une démence plus tard dans la vie.

L’impact de l’alcool et du tabac sur la démence

Il faut absolument éviter au maximum l’alcool et le tabac ! D’après les chercheurs, seul le vin rouge, consommé avec modération, semble avoir des effets protecteurs sur la mémoire et également sur les maladies cardiovasculaires. Effectivement, un verre de vin rouge par jour permettrait également de retarder ou d’empêcher la perte de mémoire. C’est même la conclusion d’un essai clinique américain portant sur les bienfaits du resvératrol, cette substance que l’on trouve naturellement dans le vin rouge.

Consommer beaucoup d’alcool multiplie par 3 le risque de démence

C’est aujourd’hui ce que nous déclarent des chercheurs de l’INSERM ayant travaillé en collaboration avec des chercheurs canadiens et allemands dans le but d’analyser en détails les données des hospitalisations en France métropolitaine entre 2008 et 2013. Selon les résultats de leur étude, obtenus en croisant ces données, les chercheurs se sont aperçus que :« 57% des démences précoces et 8% de celles survenues après l’âge de 65 ans étaient retrouvées chez des personnes ayant une consommation excessive d’alcool ». Plus encore, une consommation d’alcool trop importante triple le risque de développer une démence et double celui de développer la maladie d’Alzheimer.

Les autres facteurs de risques pour Alzheimer et la démence sénile 

Si les chercheurs soulignent que la consommation d’alcool peut contribuer à la survenue de la démence, ils ajoutent que ses effets sont encore plus néfastes lorsque cette consommation d’alcool est  associée à d’autres risques comme le tabagisme, l’hypertension artérielle, le diabète, le niveau d’éducation, la dépression ou encore la perte auditive. Effectivement, il existe de très nombreux facteurs de risques associés à l’apparition d’une démence. Certains sont moins connus comme l’obésité qui accentue les risques de survenue d’Alzheimer en même temps qu’elle l’aggrave. A titre d’exemple, la Chine et le Mexique connaissent une explosion des problèmes d’obésité et parallèlement une augmentation des cas d’Alzheimer. Les traumatismes crâniens peuvent également endommager le cerveau. C’est ce qu’on appelle communément la démence des boxeurs.

 

 

Journée Parkinson : Mieux appréhender la maladie

mardi 10 avril 2018

parkinsonCette maladie se caractérise par la disparition d’un petit nombre de cellules nerveuses (neurones) qui sécrètent un neurotransmetteur appelé dopamine intervenant dans le bon fonctionnement de nombreuses régions du cerveau, notamment pour la motricité et la coordination des mouvements.

La maladie de Parkinson : Comment ça marche?

La dégénérescence progressive des neurones à dopamine dans la substance noire du cerveau entraîne des perturbations des réseaux de neurones qui leur sont associés dans différentes zones du cerveau : au niveau du striatum, du thalamus et du noyau sous thalamique.

Une maladie progressive

La maladie de Parkinson est une maladie chronique dont le début est insidieux. Elle évolue différemment d’une malade à un autre. On distingue généralement quatre grandes phases d’évolution de la maladie:
– La première période appelée « lune de miel » par les neurologues, est une période où la manifestation des symptômes de la maladie de Parkinson est considérablement améliorée par les traitements dopaminergiques.
– La seconde période appelée période de fluctuations est une période d’aggravation évolutive des symptômes de la maladie de Parkinson.
– La dernière période correspond au stade avancé de la maladie de Parkinson. Lors de cette période, l’évolution des symptômes se poursuit de façon différente selon les patients et surtout selon leur réponse aux traitements.

Pour connaître les établissements accueillant les personnes âgées souffrant de Parkinson, contactez nos conseillers au 0805 690 194

(Source : guide « Mieux vivre avec la maladie de parkinson » de Retraite Plus)

Parkinson : Ce qu’il faut retenir

infographie-parkinson-chiffres-2

Journée Parkinson : et si on parlait des personnes âgées?

jeudi 29 mars 2018

homme âgé en maison de retraiteLorsque la maladie d’un proche âgé arrive à un stade de son évolution nécessitant une assistance et des soins constants, l’aidant fait souvent le choix de la sécurité; celui de se tourner vers un établissement d’hébergement adapté aux besoins du malade de Parkinson.

Parkinson : Des symptômes handicapants!

Effectivement, gestes incontrôlables, épisodes de tremblements, mouvements saccadés, sensation d’avoir le corps bloqué, raide, figé, avoir du mal à écrire ou des difficultés à se déplacer : tous ces symptômes sont caractéristiques de la maladie de Parkinson. Par ailleurs, les malades de Parkinson ont parfois tendance à déprimer lorsqu’ils sont confrontés aux limitations que leur impose leur maladie. Souvent angoissés, ils se replient sur eux-mêmes et refusent de communiquer. Une situation très difficile à vivre pour leur entourage. Heureusement, plusieurs établissements accueillent les personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson.

Les séjours temporaires en maison de retraite en début de maladie

Sachez qu’il existe des maisons de retraite qui peuvent accueillir les personnes âgées atteintes de Parkinson, pour des courts séjours. Cette solution est adaptée aux patients qui en sont aux premiers stades de la maladie et qui souffrent d’une petite baisse de forme. Dans ce cas précis, la personne âgée sera prise en charge par le personnel médical et les professionnels de la rééducation qui l’aideront à améliorer son état de santé. De leur côté, les aidants pourront en profiter pour reprendre des forces.

Les structures d’accueil pour malades de Parkinson

Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie et de la perte d’autonomie du malade, l’aidant peut malheureusement se voir dépassé par cette lourde tâche. C’est pourquoi, il existe aujourd’hui des résidences pour personnes âgées qui accueillent et suivent les personnes âgées atteintes de Parkinson. Dans ces établissements (maisons de retraite et EHPAD), le mobilier est fonctionnel et prévu pour éviter les risques de chutes et les fractures. Le personnel médical et les auxiliaires de vie, peuvent prodiguer au malade, les soins adaptés aux différents stades de l’évolution de cette maladie. Certains établissements bénéficient même d’un temps de présence d’un psychomotricien. En effet, les symptômes moteurs nécessitent de nombreuses séances de rééducation afin de lutter contre la rigidité musculaire et les mouvements ralentis des doigts. Les personnes âgées atteintes de Parkinson peuvent présenter certains troubles liés à l’aggravation de la maladie : troubles de la déglutition, dysfonctionnement olfactif et périodes de grande agitation pendant le sommeil. Ces manifestations compliquent énormément la vie des malades et nécessitent un assistanat et des soins permanents.

Vous cherchez une maison de retraite Parkinson?
Contactez-nous gratuitement au numéro vert inscrit sur notre site!

 

L’insuffisance cardiaque c’est quoi?

jeudi 22 mars 2018

2L’insuffisance cardiaque : Définition

Selon le Dr James Ouzan, cardiologue, ancien chef de clinique et interne des hôpitaux de Reims, depuis 2010 chef de service de l’unité de cardiologie clinique à l’hôpital Hadassah de Jérusalem, l’insuffisance cardiaque est une maladie qui est actuellement en développement. En effet, après quelques années d’infarctus du myocarde, d’hypertension ou de maladies valvulaires, même si elles ont pu être traitées, les patients présentent souvent des signes d’insuffisance cardiaque.

Un motif de consultation fréquent chez les personnes âgées

L’insuffisance cardiaque est un motif de consultation beaucoup plus fréquent qu’autrefois. En effet, d’après le Dr James Ouzan, les cardiologues rencontrent de plus en plus souvent des patients qui respirent mal,qui ont des œdèmes importants et qui présentent de l’embonpoint. Face à ce genre de cas, il faudra réaliser plusieurs examens dont l’auscultation cardiaque et l’auscultation pulmonaire. On cherchera également des signes de congestion hépatique.

Le diagnostic 

Une fois que le diagnostic est fait, il faudra essayer de trouver l’étiologie de la pathologie. Parfois c’est une maladie valvulaire qui est présente depuis des années, qui a endommagé la fonction ventriculaire ou bien une maladie infectieuse  qui est à l’origine d’un mauvais fonctionnement cardiaque. L’échographie est, pour ces pathologies, un examen capital qui va permettre de définir les fonctions ventriculaires gauche et droite et surtout l’étendue de leur dégradation. Cet examen permettra de prendre des mesures afin de traiter et soulager le patient au plus vite.

Pour en savoir plus sur ce sujet, cliquez sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=kPHKQqAII-o

 

Seniors: gardez la forme en mettant votre corps en mode détox!

jeudi 8 mars 2018

nl mars 3Prendre de nouvelles habitudes alimentaires une fois passée la cinquantaine, est crucial! Toutefois, il est utile de connaître les bonnes pratiques. Pour bien commencer, vous devez mettre votre organisme en mode détox pour lui permettre d’éliminer les toxines ou »trop-pleins ».

Comment mettre son corps en mode détox?

Attention, il ne s’agit pas de faire un régime, mais plutôt d’adopter de meilleures habitudes alimentaires afin que votre organisme fonctionne mieux. En effet, durant le temps où celui-ci est en phase de digestion, il ne peut pas faire son travail d’élimination des toxines. C’est la raison pour laquelle, il faut l’aider à faire des pauses, c’est à dire manger moins durant certaines périodes, afin de permettre à l’organisme de faire ce travail de purification. Comme le rappelle Laurence Henck, naturopathe et responsable de la Cure détox de la thalasso de la Grande-Motte : « Ce nettoyage va permettre de purifier le corps de toutes ces substances qui affaiblissent le système immunitaire pour retrouver une vitalité physique et mentale ».

Comment faire pour manger moins?

Il existe plusieurs manières de réduire les quantités de nourriture que vous consommez. Vous pouvez soit jouer sur les quantités que vous vous accordez à chaque repas, soit adopter un dîner très léger tous les soirs. Vous choisirez ce qui convient le mieux à vos habitudes de vie. Le tout étant de ne pas vous sentir frustré. Rappelez-vous! Le but est de se sentir mieux dans son corps… L’étape suivante est celle du jeûne de 12 heures. Pas de panique ! Il s’agit seulement de laisser votre organisme au repos durant la nuit. Par exemple, si vous vous levez à 7.30, vous devrez finir de manger à 19h30 le soir précédent. Ainsi votre corps aura ses 12 heures de repos et d’élimination des toxines.

Essayer de bouger plus et de dormir mieux!

Ces nouvelles habitudes à prendre passent également par le sommeil et l’exercice physique.  Effectivement, pour se libérer de ses toxines, le corps doit être en mouvement. Pour cela, vous n’avez pas besoin de vous inscrire à un club de sport! Faire une petite promenade quotidienne avant le repas suffit pour se sentir mieux! En ce qui concerne le sommeil, vous pouvez augmenter sa qualité en diminuant les excitants comme les boissons à la caféine, le café et le thé durant la journée. Vous pouvez également essayer de vous coucher un peu plus tôt le soir afin d’augmenter votre temps de sommeil. Toutes ces saines habitudes, vous aideront également à réduire votre stress!

 

 

 

 

 

Nos conseils pour se protéger du froid

mercredi 28 février 2018

imagegrandfroidAujourd’hui en France, les températures sont très basses et nous n’y sommes pas habitués! Historiquement d’ailleurs, ces températures n’avaient pas été atteintes depuis très longtemps. Face à des températures de – 5 ou – 6 °C, nous ne savons pas comment nous comporter! Comment s’habiller? Faut-il sortir? Que vaut-il mieux manger? Voici quelques conseils à suivre:

Évitez les sorties inutiles 

Si vous n’avez pas de raison urgente pour sortir, mieux vaut rester au chaud. Pour vous ravitailler, pensez aux services de livraison à domicile. Si vous êtes obligé de sortir, mieux vaut sortir en matinée que le soir où les températures sont beaucoup plus basses. Effectivement, surtout si on est une personne âgée, une exposition prolongée au grand froid peut provoquer une hypothermie ou causer des engelures. Un coup de froid attrapé à un âge avancé peut également être très handicapant voire dangereux.

Couvrez-vous intelligemment

Même si on aurait tendance à préférer porter de gros pulls, c’est la superposition de vêtements fins qui protège le mieux du froid. Si vous sortez au froid, la dernière couche devra être imperméable au vent et au froid. Les parties du corps à couvrir en priorité sont la tête, les mains, le cou et les pieds car ils perdent rapidement de la chaleur. Par ailleurs, pensez à vous protéger également le nez et la bouche pour respirer de l’air moins froid. Attention également à changer de vêtements dès que ceux-ci deviennent humides.

Mangez ce qu’il faut

En hiver et plus particulièrement lorsque les températures sont aussi basses, il vaut mieux privilégier les aliments riches en sucres lents, comme les féculents : les différentes pâtes et les plats à base de pommes de terre qui vont vous apporter de l’énergie durant toute la journée. Vous pouvez également utiliser les légumes qui restent dans votre frigo pour cuisiner de bonnes soupes chaudes et nourrissantes.