Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour la catégorie ‘Droits et protection des personnes âgées’

Comment trouver un EHPAD Parkinson?

lundi 11 février 2019

La maladie de Parkinson fait partie de la famille des maladies neuro-dégénératives

Cette maladie touche le système nerveux central auquel elle cause de nombreux dégâts. Il s’agit d’une pathologie dite d’évolution progressive qui touche majoritairement des personnes âgées en moyenne de 58 ans, mais cette maladie invalidante peut aussi apparaître beaucoup plus tôt. Effectivement, il existe des formes génétiques rares (10%) qui se manifestent entre 20 et 35 ans.

Une dégénérescence des neurones à dopamine

La maladie de Parkinson se caractérise par la disparition d’un petit nombre de neurones dont la propriété est de sécréter un neurotransmetteur appelé dopamine et ayant pour rôle d’intervenir dans le bon fonctionnement de plusieurs régions du cerveau, dont celles qui concernent la motricité et la coordination des mouvements. Plus précisément, c’est la dégénérescence progressive des neurones à dopamine dans la substance noire du cerveau qui entraîne des perturbations des réseaux de neurones qui leur sont associés dans différentes zones du cerveau : au niveau du striatum, du thalamus et du noyau sous-thalamique.

Améliorer le confort de vie des malades du Parkinson

Heureusement, il est possible d’améliorer la qualité de vie et la motricité du parkinsonien grâce à la pratique de certains sports doux comme le yoga, la boxe, le vélo, la natation ou encore le tango. Ces sports sont bénéfiques et contribuent à préserver l’équilibre et la souplesse des muscles. Le tai-chi, souvent proposé, contribue à aider les malades à avoir une meilleure marche, à diminuer leurs chutes et à améliorer leur concentration.

A savoir : Parfois, un placement d’urgence en établissement peut s’avérer nécessaire. Les conseillers Retraite Plus sont formés à ce type de situation, contactez-les gratuitement au : 0 805 69 66 317

Savez-vous ce qu’est l’obligation alimentaire?

jeudi 24 janvier 2019

L’obligation alimentaire est une aide matérielle ou financière obligatoire que les enfants et les petits-enfants majeurs et solvables doivent apporter à leurs parents ou grands-parents devenus vulnérables et dans l’incapacité de pourvoir seuls à leurs besoins élémentaires.

Pourquoi la loi impose-t-elle aux enfants de pourvoir aux besoins de leurs parents ?

Si pour beaucoup le devoir d’assistance coule de source, pour d’autres l’acte de venir en aide à un parent vulnérable est loin d’être naturel. Aussi, le législateur a donné un cadre de loi à l’obligation alimentaire afin de protéger les proches personnes les plus démunies. Dans les cas les plus graves, l’abandon d’un parent âgé dans l’incapacité morale et ou physique de se protéger, est passible de 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende, selon l’article 223-3 du code pénal.

Le montant de l’obligation alimentaire

Aucune somme minimale ou maximale n’est exigée. Basé sur la solidarité familiale, ce devoir d’assistance doit répondre aux besoins du bénéficiaire et dépend des capacités des obligés, tenus d’y contribuer en fonction de leurs moyens financiers. Cette somme doit toutefois répondre aux besoins du bénéficiaire ainsi qu’aux capacités des obligés. elle peut également servir à payer un hébergement en maison de retraite.

Pour aller + loin

Pour en savoir plus sur l’obligation alimentaire, contactez librement nos conseillers en gérontologie au
Numéro vert : 01 84 17 46 47
Ou consultez le site d’information Retraite Plus en cliquant ici
Retraite Plus est un service gratuit pour les particuliers et les familles.

Accueillir les animaux en maison de retraite!

dimanche 20 janvier 2019

Pour ne pas séparer les personnes âgées de leur animal de compagnie, une société nommée TERPTA a vu le jour!

« Un projet à la fois social, humain et éthique »

Persuadés que faciliter la garde des animaux de compagnie en maison de retraite est une nécessité, les membres de TERPTA recherchent des sponsors afin de rendre possible ce programme décrit comme « à la fois social, humain et éthique« . Et ce, dans plus de 7300 Ephad et 300 Ehpa et maisons de retraite. Le premier Ehpad qui sera concerné par cette opération sera un Ehpad situé en région parisienne.

Une solution clef en main pour les maisons de retraite

Ce projet imaginé par l’association TERPTA, a pour vocation d’améliorer le quotidien des personnes âgées vivant en maison de retraite en leur permettant de vivre au contact de leur propre animal ou de ceux d’autres résidents. Souvent, les animaux ne sont pas acceptés en maison de retraite car leur présence est synonyme de surcharge de travail pour les équipes soignantes déjà débordées. C’est pourquoi l’association a pensé à tout: elle propose une solution clef en main pour les établissements avec l’accès à des « maisonnettes chauffées où l’animal vivrait et pourrait recevoir la visite de son maître et des autres pensionnaires, l’animal recevrait des soins quotidiens et la rencontre serait aidée par des accompagnateurs. »

L’animal ,un « co-thérapeute »

Cette idée n’est pas nouvelle! En effet, la fondation « 30 Millions d’amis » propose déjà aux EHPAD qui le désirent la présence d’un « chien visiteur ».  Ce chien joue un rôle social et affectif et devient presque un « co-thérapeute » dont les pensionnaires attendent les visites. Celles-ci se déroulent sous forme de  séances de jeux interactifs, portant sur le travail de mobilité, les activités de soins et toucher de l’animal, le brossage du pelage, la reconnaissance des parties du corps et le travail de la mémoire. Bien que jouant un rôle social, l’animal reste une source et un objet d’affection!

Pour tout renseignement ou participation à ce projet, n’hésitez pas à visiter le site de l’association.

Seniors : prenez des vacances pour vivre plus longtemps!

jeudi 3 janvier 2019

C’est un constat qui nous vient d’une équipe de chercheurs finlandais présentée cet été à Munich (Allemagne) au Congrès de la Société européenne de cardiologie (SEC): pour vivre plus longtemps, il faut prendre des vacances de façon régulière!

Un mode de vie sain ne suffit pas!

D’après les résultats de l’étude conduite par ces chercheurs, il faut bien entendu adopter un mode de vie sain afin de préserver sa santé et ainsi de vivre plus longtemps mais il faut également savoir arrêter régulièrement ses activités quotidiennes pour prendre des vacances.

Un faible taux de mortalité observé chez ceux qui prennent de longues vacances

Effectivement, à la fin du suivi, les chercheurs ont observé un risque de maladies cardiovasculaires réduit de 46% chez les personnes ayant pris très régulièrement de longues vacances au cours de leur vie. Ainsi : « Les vacances peuvent être un très bon moyen de soulager le stress« , explique le Professeur Timo Strandberg qui a présenté l’étude au Congrès de la SEC.

Développer son bien-être et se relaxer

dans le même ordre d’idées, pour se relaxer et diminuer son stress, il ne faut pas hésiter à profiter de son temps libre pour partir en vacances et voyager, même si on est seul. Ce sera l’occasion de rencontrer d’autres personnes dans le même cas et de se faire des amis. Sachez qu’il existe aujourd’hui des agences de voyages spécialisées pour seniors qui peuvent se charger de l’organisation de votre séjour.

Comment protéger les seniors contre la grippe?

jeudi 20 décembre 2018

Après l’âge de 65 ans, certaines maladies auparavant anodines, comme le rhume ou la grippe, peuvent réellement mettre en danger la vie des personnes âgées qui les contractent.

Comment mieux s’en protéger ?

En France, le virus de la grippe touche entre 2 et 6 millions de personnes et plus de 90% des décès concernent les personnes âgées de plus de 65 ans.  C’est la raison pour laquelle, les médecins incitent les personnes de cet âge à se faire vacciner contre la grippe. Si vous êtes atteints d’un début de syndrome grippal, sachez qu’il existe des moyens de réduire les risques et de prendre soin de vous si vous tombez malade.

En cause : l’affaiblissement du système immunitaire

Avec l’âge, le système immunitaire ne peut plus combattre les infections aussi efficacement que dans le cas d’une personne plus jeune. Alors pour limiter les risques de tomber malade, il vaut mieux adopter certaines habitudes de vie. Par exemple, commencez par vous laver les mains avant et après avoir mangé ou cuisiné et après être allé aux toilettes. Mais aussi  après un contact avec une personne malade,  ou après avoir toussé ou éternué. Il faut également éviter au maximum de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche et pratiquer une activité physique régulière. Avoir une alimentation équilibrée peut également aider à éviter les maladies.

Les dangers et complications pour les personnes âgées

Chez les personnes âgées, le danger d’avoir des complications après une grippe ou un rhume est plus important. Le rhume peut causer des maux de gorge et des éternuements, et la grippe entraîne une forte fièvre, une congestion, des douleurs et des frissons. Les deux peuvent évoluer vers la pneumonie. Selon certains scientifiques, la grippe augmenterait également le risque d’avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. C’est pourquoi, il est fortement conseillé de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

 

 

Communication et audition : les deux sont liées!

dimanche 16 décembre 2018

Bien vieillir chez soi comme en maison de retraite, c’est également agir pour prévenir la perte d’autonomie, par exemple en surveillant sa santé, en prévenant et en traitant les différents troubles liés à l’âge comme les troubles de l’audition.

Faire régulièrement des bilans auditifs 

Aller régulièrement voir son médecin et faire des tests de dépistage chaque année n’est pas superflu car ces habitudes permettent de détecter une éventuelle pathologie, de la soigner à temps et ainsi de vivre plus longtemps en bonne santé. Le contrôle de l’audition permet de prévenir et de compenser une perte auditive. Lors du test, le médecin ORL réalise une audiométrie en cabine insonorisée. Ce test se pratique tous les 2 ans, puis chaque année après 70 ans / ou en cas de troubles.

La presbyacousie, une perte de l’audition progressive et liée à l’âge

Celle-ci peut être sérieusement handicapante et il n’est pas toujours facile de prendre immédiatement la mesure de la situation. En effet, la perte de l’audition se faisant souvent de manière insidieuse et lente, il peut être tentant de chercher d’abord à tolérer la gêne. Pourtant, la baisse de l’audition comme celle d’autres capacités, peut très vite handicaper une personne âgée: son langage peut donner l’impression de décliner car il s’appauvrit faute de stimulation. Soit par sentiment de décalage : la personne âgée entre alors moins en communication, par gêne, peur d’être ennuyeuse. Ce qui perturbe les échanges. (Il a d’ailleurs été démontré que la baisse d’audition est un facteur de risque supplémentaire de développer une maladie d’Alzheimer, car cela isole, on participe moins aux échanges et on est moins stimulé).

Des interactions de plus en plus limitées

Pour lutter contre ce problème et ainsi éviter l’isolement et le déclin qui s’ensuit inexorablement, il faut consulter au plus vite un spécialiste de l’audition et s’équiper d’appareils auditifs. Malheureusement, toutes les personnes âgées n’ont pas ce réflexe. Des patients souffrant de presbyacousie attendent parfois une dizaine d’années avant de consulter pour la première fois. Pourtant, 77% des seniors âgés de 50 à 64 ans admettent avoir envie de «bien entendre» autant que de «bien voir», ce qui est déjà révélateur. Que l’on vive chez soi ou en EHPAD, il est fondamental de chercher une solution afin de retrouver un quotidien de qualité. Des études récentes ont d’ailleurs prouvé que le cerveau souffrait de la perte de l’audition et de l’isolement social qu’elle provoque.