Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour la catégorie ‘APA et aides financières’

Savez-vous ce qu’est l’obligation alimentaire?

jeudi 24 janvier 2019

L’obligation alimentaire est une aide matérielle ou financière obligatoire que les enfants et les petits-enfants majeurs et solvables doivent apporter à leurs parents ou grands-parents devenus vulnérables et dans l’incapacité de pourvoir seuls à leurs besoins élémentaires.

Pourquoi la loi impose-t-elle aux enfants de pourvoir aux besoins de leurs parents ?

Si pour beaucoup le devoir d’assistance coule de source, pour d’autres l’acte de venir en aide à un parent vulnérable est loin d’être naturel. Aussi, le législateur a donné un cadre de loi à l’obligation alimentaire afin de protéger les proches personnes les plus démunies. Dans les cas les plus graves, l’abandon d’un parent âgé dans l’incapacité morale et ou physique de se protéger, est passible de 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende, selon l’article 223-3 du code pénal.

Le montant de l’obligation alimentaire

Aucune somme minimale ou maximale n’est exigée. Basé sur la solidarité familiale, ce devoir d’assistance doit répondre aux besoins du bénéficiaire et dépend des capacités des obligés, tenus d’y contribuer en fonction de leurs moyens financiers. Cette somme doit toutefois répondre aux besoins du bénéficiaire ainsi qu’aux capacités des obligés. elle peut également servir à payer un hébergement en maison de retraite.

Pour aller + loin

Pour en savoir plus sur l’obligation alimentaire, contactez librement nos conseillers en gérontologie au
Numéro vert : 01 84 17 46 47
Ou consultez le site d’information Retraite Plus en cliquant ici
Retraite Plus est un service gratuit pour les particuliers et les familles.

Comment bénéficier de l’AAH?

jeudi 10 mai 2018

240_F_157725414_XAkCvCERMR497otMYRIrx4Y8adDvHPmeL’AAH est allouée aux personnes atteintes d’un handicap. Dans certains cas, cette aide peut également continuer à être versée aux personnes âgées handicapées en complément de leur retraite.

Une revalorisation de l’AAH en novembre 2018

C’est ce qui est prévu : une revalorisation de l’AAH d’un montant de 41 € pour une personne seule. En effet, Pour calculer leur droit à l’aide à une complémentaire santé (ACS), les allocataires de l’AAH bénéficieront d’un abattement de 41 €. Soit le montant annoncé de la revalorisation de l’AAH en novembre 2018. Il s’appliquera sur le montant de l’allocation versée au titre des mois de novembre 2018 à mars 2019. Cette mesure technique permet de garantir le droit à l’ACS pour ceux qui cumulent AAH et MVA.

Comment obtenir cette aide ?

La demande d’AAH doit être faite au moyen du formulaire cerfa n°13788*01 à retirer auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) du lieu de résidence de l’intéressé. Ce formulaire doit être envoyé à la MDPH, de préférence par lettre recommandée avec accusé de réception. La MDPH se charge d’instruire le dossier à travers la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). C’est elle qui détermine le taux d’incapacité permanent et qui vérifie l’ensemble des conditions administratives requises, telles que l’âge, la résidence et le plafond de ressources. Si la CDAPH ne s’est pas prononcée dans les quatre mois à compter du dépôt de la demande, c’est qu’il s’agit d’un cas de rejet.

Versement et durée d’attribution

L’AAH est versée mensuellement à terme échu. Elle est attribuée le premier jour du mois suivant le dépôt de la demande. Cette aide est versée par la CAF ou la Caisse de Mutualité Sociale agricole du lieu de résidence de l’allocataire à :
• L’allocataire ou son tuteur
• La personne désignée par l’allocataire
• La personne qui assure la charge du handicapé L’AAH est attribuée pour une période de un à cinq ans renouvelable. Cependant, les personnes dont le taux d’incapacité est d’au moins 80% et dont le handicap n’est pas susceptible d’amélioration, peuvent bénéficier de cette allocation pour une durée plus longue, dans la limite de dix ans. À noter : la personne âgée bénéficiaire de l’AAH est affilieé gratuitement à l’assurance maladie et invalidité (CMU), qui permet notamment la prise en charge du forfait journalier hospitalier. Pour plus d’informations, adressez-vous à votre Caisse d’Assurance Maladie.

Pour en savoir plus sur l’AAH, consultez le guide Retraite Plus sur les aides financières en cliquant ici.

Peut-on hypothéquer un bien immobilier pour aider à financer l’EHPAD?

jeudi 26 avril 2018

maison de retraiteFinancer un hébergement en maison de retraite ou en EHPAD coûte très cher. Pour pallier à ce problème, il existe des aides financières pouvant être demandées. Parmi elles, l’APA, les aides au logement et le prêt viager hypothécaire.

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)

Principale aide pour les personnes âgées dépendantes, l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie (APA) est versée dans le cadre d’un maintien à domicile ou d’un hébergement en maison de retraite. Son montant est fonction du degré d’autonomie et des ressources du demandeur. Pour y avoir droit, il vous faudra déposer une demande d’APA au Conseil Départemental.

Les allocations logement (APL et ALS)

Ces allocations logement concernent les locataires ou les propriétaires, à domicile comme en établissement. Si ce dernier est conventionné, l’APL sera allouée. Dans le cas contraire, il faudra faire une demande d’ALS auprès de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF). Le montant de ces aides est calculé en fonction des revenus, du montant du loyer, du prêt, ou de l’hébergement, ainsi que du lieu de résidence du demandeur.

L’ASH, Aide Sociale à l’Hébergement

L’ASH est versée à l’établissement : maison de retraite ou EHPAD afin de régler le reste à charge dans le cas où les aides ne suffisent pas à couvrir les frais d’hébergement du résident.

Une autre solution : le prêt viager hypothécaire

Il s’agit d’une façon d’obtenir un crédit pour pouvoir financer sa retraite. Effectivement, il aujourd’hui est possible, grâce au prêt hypothécaire, d’obtenir un financement adossé au patrimoine immobilier, tout en conservant la propriété de celui-ci et sans aucun remboursement du vivant de l’emprunteur. La dette du prêt viager hypothécaire est égale au capital prêté (sous forme de versement unique ou bien par versements échelonnés) majoré des intérêts calculés, mais elle reste plafonnée à la valeur du bien hypothéqué.

(Sources : Mémo Aides sociales de Retraite Plus)

Entrée en maison de retraite : les adresses utiles

mercredi 28 décembre 2016

images (2)Il existe de nombreuses aides mises en place par l’État destinées à financer la perte d’autonomie des personnes âgées et à participer aux frais d’hébergement en maison de retraite. Pour vous informer sur ces aides et sur les formalités à remplir pour pouvoir en bénéficier, il existe plusieurs organismes. En voici une petite liste :

  1. Le conseil départemental

    Il est en charge de l’aide à l’autonomie pour les personnes âgées vivant dans le département. On peut s’y adresser pour :

    • Faire une demande d’APA
    • Obtenir la liste des services d’aide à domicile autorisés
    • Obtenir la liste des structures d’hébergement pour personnes âgées
    • Obtenir la liste des accueillants familiaux
    www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/conseil-departemental

  2. Le CLIC ( Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique )

    Il s’agit d’un lieu d’accueil et d’orientation qui a pour but d’informer les personnes âgées et leurs proches, et de favoriser une collaboration entre les professionnels intervenant auprès des aînés. www.clic-info.personnes-agees.gouv.fr
  3. La CNSA ( Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie )

    Elle est chargée de financer les aides en faveur des personnes âgées en perte d’autonomie et des personnes handicapées et d’assurer une mission d’information et d’animation de réseau et du grand public. www.cnsa.fr

  4. L’organisme Retraite Plus

    Il informe et aide gratuitement les personnes âgées et leurs familles dans leur recherche de maison de retraite partout en France.
    www.retraiteplus.fr
    Numéro Vert : 0 805 69 66 31

Comparer les prix en maison de retraite, est-ce suffisant?

jeudi 15 décembre 2016

Grandmother and granddaughter.

Un simulateur permettant de calculer le reste à charge

Effectivement, avec le lancement de ce comparateur, le gouvernement vient de franchir un nouveau pas très appréciable dans l’information des familles sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). De plus, un autre service particulièrement utile a été également mis en place : il s’agit d’un simulateur permettant de calculer le reste à charge payé par les résidents. Le but recherché étant d’aider les familles à s’y retrouver dans des tarifs pas toujours très lisibles. Cette décision avait été prise il y a déjà quelques temps, par Laurence Rossignol, alors secrétaire d’Etat à la Famille et aux Personnes âgées. Ce comparateur de prix est accessible sur le site www.pour-les-personnes-agées.gouv.fr,

A défaut de pouvoir diminuer la facture des résidents

En effet, faute de pouvoir diminuer la facture des résidents, le gouvernement avait décidé de travailler sur la transparence de la tarification en EHPAD. Ce nouveau projet du gouvernement avait également pour but d’inciter certaines maisons de retraite privées à diminuer leurs tarifs, en faisant jouer la concurrence. De leur côté les directeurs d’EHPAD, s’étaient fortement opposés à la création de ce comparateur de prix. En effet, les directeurs comme les associations et organismes auraient également souhaité des indicateurs permettant de mesurer la qualité des services proposés.

Quels que soient les comparateurs de prix, le plus important, ce sont les aides financières pour aider les familles à payer le reste à charge en maison de retraite !

Actuellement, environ 600 000 personnes âgées en perte d’autonomie sont hébergées dans plus de 10 300 structures spécialisées (Maisons de retraite, EHPA, EHPAD) réparties sur tout le territoire français. Encore beaucoup trop cher pour un grand nombre de familles modestes, l’accès aux maisons de retraite devrait pouvoir s’élargir ! En effet, Le coût de cet hébergement est difficile à assumer pour la grande majorité des personnes âgées et leurs familles, la retraite mensuelle moyenne étant généralement inférieure au coût mensuel d’un séjour. Retraite Plus, organisme d’orientation en maison de retraite, a d’ailleurs publié un rapport qui dévoile les tarifs des maisons de retraite privées pour chaque région. Selon cette étude, il existe de fortes disparités entre les prix pratiqués dans les villes moyennes et ceux pratiqués dans les capitales régionales.
(Pour voir l’étude de Retraite Plus, cliquez ici)

Parkinson : Quelles aides financières?

jeudi 17 novembre 2016

shutterstock_32395567Avoir à sa charge, un proche atteint de la maladie de Parkinson est une épreuve difficile à tous les niveaux.  Physiquement et psychologiquement, la résistance de l’aidant est, tous les jours, mise à l’épreuve.

Des aides financières disponibles

Heureusement, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent bénéficier de plusieurs aides financières spécifiques allouées aux personnes reconnues comme souffrant d’un handicap.

  • l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés), est une allocation de solidarité visant à garantir aux personnes handicapées âgées de plus de 20 ans, un minimum de ressources. Elle s’adresse également aux personnes âgées dépassant un certain niveau de handicap. Financée par l’État, versée par les CAF ou les Caisses de Mutualité Sociale Agricole, elle est accordée sur décision de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), liée aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).
  • l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), Principale allocation versée aux personnes âgées reconnues comme dépendantes, l’APA est accordée pour une durée illimitée.
  • Un ensemble de dispositions fiscales
  • Des aides ponctuelles, versées pour financer un aménagement du domicile.

Une prise en charge complète par l’assurance maladie

En effet, la maladie de Parkinson a été classé dans les Affections Longue durée par la Haute Autorité de Santé. Comme 29 autres maladies chroniques, la maladie de Parkinson bénéficie d’une prise en charge à 100% par la sécurité sociale. Cette prise en charge concerne autant les soins que les médicaments, les traitements et les examens. Il est également possible de bénéficier de la prise en charge d’actes comme la kinésithérapie, l’orthophonie et les services d’infirmiers à domicile. Pour cela, il faudra d’abord obtenir un accord préalable du médecin conseil de la caisse d’assurance maladie.

(Source : France Parkinson)