Pour être assisté gratuitement dans votre recherche de Maison de Retraite, remplissez le formulaire ci-dessous ou contactez-nous gratuitement au numéro vert:

Archive pour la catégorie ‘Alzheimer et Maison de Retraite’

Maladie d’Alzheimer: La thérapie canine au service des malades

jeudi 13 juin 2019

Parce qu’elle a fait ses preuves en améliorant la qualité de vie des malades Alzheimer, la thérapie canine est aujourd’hui mise en avant. Ainsi, au sein de la maison de retraite Alzheimer, le chien permet de rouvrir les vannes du souvenir et l’envie de communiquer…

La thérapie canine pour lutter contre Alzheimer

Touchant 225 000 personnes de plus chaque année, soit 850 000 malades Alzheimer actuellement en France, la maladie d’Alzheimer a poussé tous les protagonistes à explorer toutes sortes de pistes. Parmi elles, l’amélioration de la qualité de vie des patients, laquelle passe également par la présence, voire l’assistance d’un animal de compagnie. Ainsi, de plus en plus d’EHPAD spécialisés dans le traitement de l’Alzheimer proposent des séances de thérapies canines :
Ces séances sont collectives ou individuelles et se déroulent sous forme de jeux interactifs, portant sur le travail de mobilité, les activités de soins et toucher de l’animal, le brossage du pelage, la reconnaissance des parties du corps et le travail de la mémoire. Ainsi, jouant un rôle social, le chien reste une source et un objet d’affection sans pareil. L’animal ne juge pas, il est toujours disponible, il responsabilise son maître par les soins et l’attention dont il fait l’objet. Il est apprécié pour son rôle d’apaisement constaté auprès des patients et la récupération de certaines fonctions cognitives ou motrices. Le chien parvient à rouvrir les vannes de la mémoire et l’envie de communiquer.

Retrouver les émotions perdues par Alzheimer

Il oblige à demeurer altruiste, par les soins prodigués, et à s’ouvrir aux autres. « Il stimule leur émotivité et leur mémoire, notamment chez ceux qui ont dû hélas se séparer de leur animal au moment d’entrer en maison de retraite. Ils retrouvent ainsi les sentiments et émotions perdus », constate Sabine Alisse, directrice du secteur médico-social à l’hôpital de Marines du Vexin. De véritables ateliers sont mis en place autour de la couleur, de la taille et de l’hygiène du chien, des notions qui renvoient ensuite à ces propres concepts chez les patients qui ont peu à peu perdu leur repère dans l’espace et le temps. De plus, formé comme chien d’assistance pendant 24 mois, il devient alors un véritable guide pour le malade d’Alzheimer, capable de ramener son maître lors du trajet promenade-maison, il l’accompagne ainsi dans sa routine quotidienne et constitue un point de repère précieux. Dans ce but, Robert Kohler, directeur de maison de retraite en Alsace, a fondé une association de chiens visiteurs « 4 pattes pour un sourire », qui permet par le biais d’ « Handi-Chiens », de rendre sourire et souvenirs à tous ceux qui les avaient perdus depuis trop longtemps. Victimes de cette dégénérescence cérébrale qu’est la maladie d’Alzheimer avec pour conséquence directe la difficulté à communiquer avec l’extérieur, les pensionnaires renouent grâce à cette thérapie canine avec le monde extérieur. Et donc avec la vie.

Maisons de retraite : allier les plaisirs du goût aux impératifs diététiques des personnes âgées

lundi 1 avril 2019

Le défi des chefs cuisiniers en maison de retraite : Respecter l’équilibre nutritionnel des seniors, éviter leur dénutrition, respecter les régimes alimentaires, organiser des ateliers cuisines et des repas gastronomiques…Réussir à allier les plaisirs du goût aux impératifs diététiques incontournables de l’alimentation des personnes âgées : c’est le défi que doivent relever les chefs cuisiniers des maisons de retraite.

Respecter l’équilibre nutritionnel

Dans la grande majorité des cas, les maisons de retraite sont très soucieuses de respecter l’équilibre nutritionnel des personnes âgées dont elles ont la charge et font généralement appel à des professionnels de la diététique pour élaborer leurs menus. Ceux-ci interviennent à plusieurs niveaux. Ils sont chargés de vérifier la composition des plats, le respect de tous les types de régimes alimentaires des pensionnaires et la variété des produits utilisés.

Eviter la dénutrition

Les besoins nutritionnels des personnes âgées étant très particuliers, il est primordial de vérifier si la maison de retraite que vous avez sélectionnée pour héberger la personne âgée à votre charge est assez pointilleuse en matière de nutrition. Malheureusement, les personnes âgées ont tendance à négliger leur alimentation et sont souvent sujettes à la sous-alimentation. Privés des nutriments essentiels au bon fonctionnement de leur organisme, les seniors ne montrent plus une assez grande résistance à la fatigue et aux maladies.
Respecter les régimes alimentaires
En maison de retraite, les repas sont cuisinés sur place pour pouvoir permettre la fabrication de plats respectant les régimes alimentaires de chacun des pensionnaires. En effet, certaines personnes âgées suivent un traitement médicamenteux qui leur interdit le sel. D’autres ont des problèmes de dentition et ne peuvent manger que des aliments mixés ou des soupes. Le personnel des cuisines doit donc être particulièrement bien organisé pour assurer la préparation des repas suivant toutes ces contraintes mais également leur distribution dans les chambres ou en salle.

Des ateliers « cuisine »

Pour aider les pensionnaires de maisons de retraite à retrouver le plaisir du goût et le désir de manger, certaines maisons de retraite, mettent en place, des ateliers cuisine. Les résidents mettent la main à la pâte et s’efforcent de participer à la fabrication des petits plats. Certains  font ensuite goûter leurs réalisations à leurs amis et à leur famille. D’autres ajoutent même leur petite contribution aux recettes. Cette animation est très appréciée par les résidents. Elle leur permet également d’organiser des repas ou des goûters originaux et qui sortent un peu de l’ordinaire de la résidence.

Des repas gastronomiques

Pour égayer le quotidien des personnes âgées, certains établissements proposent, à certaines périodes de l’année, des repas gastronomiques, à leurs résidents. Ceux-ci sont préparés par de vrais chefs et donnent lieu à des moments de fête car ils sont souvent agrémentés de petites animations. Ces initiatives permettent également de redonner le goût de la nourriture aux personnes âgées.

La maladie d’Alzheimer a un impact sur l’alimentation

mercredi 13 mars 2019

La maladie d’Alzheimer entraîne des répercussions plus ou moins importantes sur le quotidien du malade et de son entourage. Troubles de la mémoire, du langage, de l’orientation, de l’alimentation. Tels sont les symptômes à gérer au jour le jour. Des changements d’humeur soudains aux difficultés à se déplacer et à s’alimenter, le malade d’Alzheimer requiert toute l’attention et une immense dose de patience, de la part de l’aidant dans les tâches quotidiennes.

Voici quelques conseils pour l’aidant Alzheimer

S’habiller : Oui mais que choisir ? Une notion abstraite que le patient aura de plus en plus de mal à effectuer, ne tenant pas compte de la température extérieure, il devra être bien souvent conseillé. Veiller à son hygiène: car il peut tout simplement oublier de prendre sa douche.
Veiller surtout à son alimentation : parce qu’il oublie peu à peu de manger, le malade d’Alzheimer pourrait à un stade critique se laisser mourir de faim en se déshydratant complètement. Aussi, est-il vital de se soucier de son alimentation, lorsqu’il n’est pas hébergé en maison de retraite Alzheimer. Une dénutrition aurait comme conséquence fâcheuse un état de faiblesse aggravée, une fonte musculaire entraînant des risques de chute encore plus fréquents ainsi qu’un risque infectieux avec un encombrement des bronches dû justement aux problèmes de déglutition. Pour prévenir ces fameuses « fausses routes ». Optez pour des plats mixés, des soupes, des crèmes épaissies, des glaces.

Maladie d’Alzheimer et dénutrition

N’hésitez pas à lui proposer des plats qu’il aime ou aimait autrefois car il peut avoir, dès le début de la maladie une aversion pour la nourriture. Puis, à cause des problèmes de coordination des mouvements, une aide extérieure s’avère nécessaire. D’autant qu’il lui arrive de manger beaucoup trop vite, au risque de s’étouffer. Lorsqu’au stade critique, le malade refuse toute alimentation, une sonde gastrique devient la seule alternative. Ainsi, il convient de vérifier régulièrement son poids et son taux d’albuminurie. Le taux d’alerte d’une dénutrition commence par une perte de poids supérieure à 5% en un mois, à un indice de masse corporelle, l’IMC, inférieur à 21, ainsi qu’une albuminurie inférieure à 30 g/l. Des analyses régulières doivent être pratiquées, car ces signes exigent des mesures immédiates. Votre médecin traitant vous orientera sur la marche à suivre, il ne faut jamais hésiter à lui demander conseil et assistance.

L’hébergement en maison de retraite Alzheimer

Lorsque le malade est hébergé en maison de retraite Alzheimer, le risque de dénutrition est considérablement réduit puisque des médecins surveillent, en permanence, l’alimentation des personnes âgées dont ils ont la charge. Pour trouver une maison de retraite Alzheimer, contactez nos conseillers au numéro vert suivant: 0800 941 340

Les Espaces Snoezelen en maisons de retraite: un traitement non médicamenteux pour Alzheimer

jeudi 7 mars 2019

La philosophie Snoezelen permet aux personnes souffrant de différentes pathologies d’entrer en contact avec le monde extérieur par le biais de sensations agréables, et d’éprouver du plaisir malgré leur handicap.

La méthode Snoezelen en maison de retraite

Même si un malade atteint d’Alzheimer n’arrive plus à parler, à marcher, à se souvenir…, il peut encore ressentir des sensations. C’est sur cette certitude que se base la méthode Snoezelen, une thérapie qui nous vient de la Hollande. Aujourd’hui, les maisons de retraite françaises commencent à pratiquer cette méthode, grâce à l’installation de salles sensorielles où le patient se rend, accompagné du personnel de l’établissement. Ces dispositifs présentent des lampes de luminothérapie permettant aux patients de se retrouver dans un univers revitalisant. De fait, il a été récemment prouvé que l’exposition aux lumières naturelles procure une énergie particulière aux corps affaiblis.

Une thérapie aux multiples vertus pour les résidents en EHPAD

Cette thérapie sert à traiter de nombreuses pathologies dont la maladie d’Alzheimer, le poly-handicap, la déficience intellectuelle, la trisomie, les troubles du comportement, la démence, l’autisme, les déficiences visuelles ou auditives. Ces salles Snoezelen se trouvent dans des hôpitaux gériatriques, des maisons de retraite, des EHPAD mais également dans des crèches et des associations telles que les APEI…

Des expériences sensorielles stimulantes

Les maisons de retraite ou EHPAD Alzheimer qui utilisent cette méthode se rendent bien compte de ses vertus sur les patients qui peu à peu, deviennent moins agressifs, et commencent à s’ouvrir au monde extérieur. En plus de l’éclairage, les espaces Snoezelen proposent des expériences sensorielles stimulantes aux visiteurs. En effet, les lumières sont accompagnées de musique, de jeux, de vibrations… Les salles Snoezelen sont également équipées d’équipements spécifiques, comme des colonnes à bulles ou à balles, des fibres optiques lumineuses, des chaînes hi-fi, des dalles tactiles…Ainsi, la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer se retrouvera dans un cocon aux couleurs éclatantes et apaisantes, aux mélodies réjouissantes et aux sensations tactiles et olfactives attrayantes.

EHPAD Alzheimer : Pourquoi se faire accompagner par un conseiller en gérontologie?

jeudi 28 février 2019

Trouver une maison de retraite ou un EHPAD Alzheimer, est une tache ardue, ces maisons n’étant pas très nombreuses et ayant souvent de longues listes d’attente. Pour aider les familles, il existe des organismes comme Retraite Plus .

Nous avons interviewé une de leurs conseillères en gérontologie

Depuis 5 ans, Edith a déjà géré personnellement des milliers de demandes d’entrée en maison de retraite. Loin de les considérer comme de simples dossiers administratifs, cette conseillère en gérontologie a su chaque fois avoir l’écoute nécessaire pour accompagner chaque famille, et trouver dans les meilleurs délais une solution adaptée aux besoins du patient Alzheimer et de sa famille. Voici ses conseils :

Qui vous contacte dans le cas d’une demande d’entrée en maison de retraite ? 

« Le plus souvent ce sont les enfants qui nous contactent, désemparés, car ils n’arrivent plus à s’occuper convenablement de leur parent devenu dépendant de soins et d’attentions constants. Ils sont toujours très attachés à leur père et leur mère et veulent les maintenir le plus longtemps possible à domicile, conformément à leurs  souhaits personnels. Hélas, ils ne peuvent plus, malgré toute leur bonne volonté, les assister au quotidien et être en permanence à leurs  côtés. Malgré la présence d’aides à domicile comme des aides-ménagères ou des infirmières, chaque nuit leur parent se retrouve seul et court certains risques. La moindre chute peut être fatale! C’est ainsi que se pose, dans la plupart des cas, la question de l’entrée en maison de retraite spécialisée Alzheimer.

A quel stade de la maladie d’Alzheimer vous contacte-t-on ? Quelle est alors votre démarche ?

Après les avoir longuement écoutés, car il peut y avoir des avis différents au sein d’une même fratrie, certains sont réticents, culpabilisent, préféreraient une garde alternée chez chacun des enfants ou parents proches. Or, ce qu’il faut à tout prix éviter chez un malade Alzheimer c’est le changement d’habitudes, la perte de ses repères. Il a absolument besoin d’une grande stabilité. Ces ruptures ne sont pas seulement perturbantes pour le patient, elles accélèrent même souvent la dégradation de son état de santé. Le maintien à un domicile fixe, et non chez les uns et les autres, est tout à fait préférable. Lorsque celui-ci n’est plus possible et que la famille et l’intéressé sont d’accord pour un placement en établissement,  tout est aussitôt mis en œuvre pour trouver dans les meilleurs délais un EHPAD Alzheimer correspondant à leurs besoins en ce qui concerne le budget, la proximité et le confort. Et ce, quel que soit le stade, léger, modéré ou sévère de la maladie. Ceux qui arrivent à un stade léger ou modéré ont, de fait, davantage de chances de s’adapter dans de bonnes conditions car ils sont encore conscients et donc capables d’intégrer un établissement et de se créer de nouveaux repères.

Alzheimer : manger de la viande peut l’éviter!

jeudi 10 janvier 2019

Voila donc une nouvelle information qui nous vient d’une très sérieuse étude sur la maladie d’Alzheimer, menée par des scientifiques de l’Arizona State University.

Manger de la viande permettrait de prévenir Alzheimer

Apparemment, le fait de consommer de la viande mais aussi du poisson et des œufs ainsi que des noix et des légumes verts, permettrait d’empêcher la survenue de la maladie d’Alzheimer. Il s’agirait plus précisément, d’un nutriment appelé : la choline qui pourrait agir sur les neurotoxines et l’inflammation cérébrale, impliquées dans le développement de la maladie d’Alzheimer. Ce nutriment particulier a pour propriété de stimuler le cerveau, de le protéger des neurotoxines et de renforcer ses fonctions d’auto-nettoyage.

Des effets protecteurs pour les générations futures

Contrairement aux médicaments anti-Alzheimer existant à ce jour sur le marché, la choline aurait des effets protecteurs sur plusieurs générations. Effectivement, au cours de leurs expériences, les scientifiques  à l’origine de cette étude, ont fait absorber  de la choline, à des souris en gestation atteintes d’un type de démence semblable à la maladie d’Alzheimer. Ils ont alors constaté que la progéniture de ces souris était moins exposée au risque de maladie du cerveau.

 

lus encore, il semblerait même que la choline permettrait : « d’altérer les gènes des bébés d’une manière qui aurait eu des effets protecteurs pour les générations futures ».

Un espoir pour la lutte anti-Alzheimer

Ces découvertes médicales importantes pourraient pousser les scientifiques à « recommander des suppléments de choline aux femmes enceintes, en particulier et serait un traitement potentiel pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, car le nutriment est très sûr, comparé à de nombreux médicaments » ajoute l’étude. Cette découverte va redonner espoir aux malades Alzheimer et à leurs aidants, déjà déçus par le déremboursement récent des médicaments anti-alzheimer.